Le baptême dans la puissance du Saint-Esprit. Méditation n°1

Est-ce que le baptême dans le Saint-Esprit est nécessaire dans notre vie chrétienne ?

Est-ce que le don de parler en langue est nécessaire dans notre marche avec Dieu ?

Voici deux questions importantes et j’aimerais vous donner quelques pensées bibliques à ce sujet. Que pouvez-vous vivre de nouveau lorsque le Saint-Esprit manifeste ce don du parler en d’autres langues ? J’aimerais tout d’abord aborder ce que Jésus a dit à ce sujet, il a abordé la question du Saint-Esprit juste avant sa mort sur la croix et il a promis que le consolateur serait envoyé par le père pour nous enseigner. Cela est différent de la nouvelle naissance.

 Jean 14 v 25 Je vous ai dit ces choses demeurant avec vous ;
                  v 26 mais le Consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous    enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites.

Est-ce que l’intelligence naturelle de l’homme peut connaître Dieu et les choses qui lui appartiennent ? Non !… Est-ce que même comprendre la Bible, sa parole, est possible sans la révélation de l’Esprit ? Non !…

Selon 1 Corinthiens 2 au verset 14
Paul déclare: Or l’homme naturel ne reçoit pas les choses qui sont de l’Esprit de Dieu, car elles lui sont folie ; et il ne peut les connaître, parce qu’elles se discernent spirituellement. Donc en premier lieu, le Seigneur Jésus-Christ nous dit que ce n’est plus lui qui va nous enseigner directement mais que c’est le Saint-Esprit qui va nous enseigner et qu’il est donc nécessaire d’être rempli de l’Esprit pour comprendre les choses célestes et tout simplement pouvoir marcher dans l’Esprit avec les œuvres de Dieu .

Nous lisons maintenant la déclaration de Jésus juste avant son ascension vers le ciel, ceci se trouve dans Marc 16 v17

Et ce sont ici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : En mon nom ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues… 

Le Seigneur qualifie de miracle le fait de parler de nouvelles langues par le Saint-Esprit. Il place les nouvelles langues à la même position que chasser les démons, guérir les malades, prêcher l’Évangile, ressusciter les morts…

Bon nombre de frères et sœurs n’imaginent pas l’importance et la place du baptême dans le Saint-Esprit; Pourquoi parler de nouvelles langues, est-ce si important ? 

Regardons maintenant dans le livre des Actes chapitre 1v 4
Etant assemblé avec eux, il leur commanda de ne pas partir de Jérusalem, mais d’attendre la promesse du Père, laquelle, [dit-il], vous avez ouïe de moi :

Jésus annonce la suite des événements après sa résurrection, les disciples ne pouvaient pas savoir ce qui allait arriver. Jésus leur annonce vous serez baptisés dans l’Esprit Saint ou plutôt dans la puissance de l’Esprit Saint.
Actes 1v 5 car Jean a baptisé avec de l’eau ; mais vous, vous serez baptisés de l’Esprit Saint, dans peu de jours.
Et notre Seigneur le confirme au verset 8
Mais vous recevrez de la puissance, le Saint Esprit venant sur vous ; et vous serez mes témoins à Jérusalem et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’au bout de la terre.

Un témoignage puissant est lié au baptême du Saint-Esprit. C’est un baptême de puissance pour témoigner, des actes de puissance ont accompagné la prédication de Pierre, de Paul d’Etienne, de Philippe et tous ceux dont le nom est écrit dans le livre des Actes.

Nous voyons dans Actes 2 que les disciples attendaient ce jour, le baptême de l’Esprit est venu sous forme de langues qui se sont posées sur chaque tête et ils ont commencé à parler d’autres langues. 

Actes 2 v. 1 Et comme le jour de la Pentecôte s’accomplissait, ils étaient tous ensemble dans un même lieu.
v.2 Et il se fit tout à coup du ciel un son, comme d’un souffle violent et impétueux, et il emplit toute la maison où ils étaient assis.
v.3 Et il leur apparut des langues divisées, comme de feu ; et elles se posèrent sur chacun d’eux.
v.4 Et ils furent tous remplis de l’Esprit Saint, et commencèrent à parler d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’énoncer.

Nous voyons que ces langues avaient un sens, parce que beaucoup d’étrangers étaient là à Jérusalem, et ils ont dit que les disciples prononçaient des choses magnifiques pour glorifier Dieu. Verset 11
Nous les entendons annoncer dans nos langues les choses magnifiques de Dieu.

Notre intelligence nos sentiments sont limités pour connaître la grandeur de Dieu, ce n’est que par révélation que l’on peut Le glorifier. Le Seigneur par ce baptême nous plonge dans la puissance de l’Évangile, dans la sagesse de Dieu, dans la révélation de sa personne. Ce que l’homme naturel ne peut pas comprendre, ne peut pas croire ou imaginer, l’Esprit nous le fait vivre. C’est pour cela qu’il est absolument nécessaire d’être immergé dans ce nouvel ordre, cette nouvelle alliance.

Paul décrit très bien l’utilité d’être rempli dans ce passage de la lettre aux Corinthiens, nous voyons une application précise de ce baptême par le don des nouvelles langues.

1 Corinthiens 14 v2
Parce que celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne l’entend ; mais en Esprit il prononce des mystères.
v 14 Car si je prie en langue, mon esprit prie, mais mon intelligence est sans fruit.

Suite au Baptême, quand je prie en langue je peux parler à Dieu par mon esprit, sans que mon intelligence, mes sentiments, mes émotions, mes doutes ne puissent interférer dans ma relation avec le Seigneur. Dans ma louange, dans ma prière, dans ma supplication l’Esprit de Dieu lui-même intercède, je vais dire des choses qui vont avoir un impact sur mon esprit et je peux sortir de ce moment de prière reconstruit, édifié, encouragé réjoui et rempli de paix.

J’ai expérimenté plusieurs fois ce phénomène merveilleux : Mon âme souffrait, j’étais troublé, j’avais même de l’incrédulité et simplement en faisant confiance à Dieu j’ai commencé à parler en langue et à le louer et soudain, la joie a rempli mon cœur, la paix également et ce problème ou cette souffrance a été résolue, je ne sais pas comment, mais l’Esprit de Dieu est venu me remplir. L’Esprit nous donne des mots étrangers mais nous pouvons également interpréter cette langue. Une parole intelligible peut jaillir des profondeurs de notre esprit. Il m’est arrivé d’intercéder pour une personne ne sachant pas quoi demander à Dieu et l’interprétation m’a été donnée, ce fut vraiment édifiant.

Dans la prochaine méditation nous partagerons des témoignages. Comment recevoir le baptême.

Avançons dans la foi

Jean IRION

La prière de Paul

Dans l’épître de Paul aux Éphésiens nous avons la prière que Paul dit à Dieu pour les chrétiens d’Ephèse, c’est également pour nous aujourd’hui.
Ceci peut transformer notre vie, si nous comprenons le sens et l’importance de cette prière. Ceci déclenchera d’abondantes bénédictions, parce qu’en Christ sont toutes les bénédictions.

Éphésiens 1v16

« Je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention [de vous] dans mes prières,

17 afin que le Dieu de notre seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne l’esprit de sagesse et de révélation dans sa connaissance,

18 les yeux de votre cœur étant éclairés, pour que vous sachiez quelle est l’espérance de son appel, et quelles sont les richesses de la gloire de son héritage dans les saints,

19 et quelle est l’excellente grandeur de sa puissance envers nous qui croyons, selon l’opération de la puissance de sa force »

Paul dit: que le père glorieux vous donne l’esprit de sagesse et de révélation dans la connaissance de Christ, dans la connaissance de Dieu, le Père veut montrer la gloire de Christ pour être transformé à son image.
Voici ce que nous allons comprendre:

          L’espérance de son appel pour notre vie présente et future. Le seigneur t’appelle par sa grâce au salut pour une place incroyable et glorieuse dans son royaume céleste mais aussi à le servir avec sa puissance, son onction ; le croyons-nous? Certains croient au salut mais cela s’arrête là, non, tous nous sommes appelés comme les apôtres et les premiers disciples…
Notre place devant Dieu est plus importante que nous pouvons le penser, en regardant dans le Cantique des cantiques nous voyons l’immense amour de Jésus, la beauté de l’épouse à ses yeux. Si nous regardons à quel niveau le Père a choisi d’élever l’Eglise. L’espérance de cette vie est grande quand Christ ne fait qu’un avec son corps, son église.

          Les richesses de son héritage : Ces richesses sont remplies de gloire afin que l’on sache que l’Esprit de Christ est sur son église. Cette église est appelée et il lui a été donné les dons spirituels, les manifestations de la puissance et de l’amour de Dieu.
La sagesse de Dieu, la sanctification, la rédemption, la justice de Dieu sur moi, la guérison, la libération, la foi, la liste est longue…
Combien de fois je réclame ce que Dieu a déjà accompli et qu’il m’a déjà donné, comme si je devais mendier la main tendue. Nous demandons des milliers de fois la même demande.
Mes frères et sœurs, Dieu nous a déjà tout donné par Christ et nous n’arrêtons pas de supplier comme si Dieu ne nous entendait pas. Notre héritage, saisissons le aujourd’hui par la foi. La foi est ma réponse à ce que Dieu a déjà fait. Il a déjà pourvu à tous mes besoins parce qu’il m’a nommé « héritier » dans son serment. Je suis un héritier, il me suffit de m’approprier les choses déjà donnée dans cet état de repos, de confiance, de certitude. C’est ça la foi ! 
C’est comme si j’ai hérité d’une somme importante d’argent qui a été versée sur mon compte bancaire et comme je ne vois pas cet argent de mes yeux, je ne crois pas qu’il a été versé à mon crédit. Je ne retire donc aucun argent, je vis comme un pauvre. Si maintenant j’ai la foi au serment, je me réjouis en allant à ma banque et je demande cette somme au banquier qui ne me la refusera pas.

Dernièrement, je devais voir une personne en difficulté et j’avais quelques craintes de ne pas pouvoir répondre correctement à son besoin. Je priais dans ma voiture et je disais au Seigneur « donne-moi ta sagesse » puis dans ma pensée est apparu un verset dans 1 Corinthiens 1 v 30 « il a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption. » J’ai alors pensé en moi-même « mais Père tu as donc fait toute la sagesse en Christ pour moi et j’en bénéficie aujourd’hui ». Je lui ai dit « Merci Seigneur, car je suis rempli de ta sagesse et je vais la voir se manifester dans cet entretien ». En effet, c’est ce qui s’est produit.

Si nous saisissons notre héritage par la foi, nous cesserons de courir après ce que nous avons déjà reçu. C’est pour cela que Paul prie : « Que le Père nous éclaire et qu’il nous révèle ce que nous avons en lui. »

          La puissance et la force: versets 19-20 « Et quelle est l’excellente grandeur de sa puissance envers nous qui croyons, selon l’opération de la puissance de sa force, qu’il a opérée dans le Christ, en le ressuscitant d’entre les morts et il l’a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes. »

Paul parle également de la grandeur de sa puissance, la grandeur de cette force qui a ressuscité Christ et qui nous a été donnée quand Dieu le père l’a ressuscité des morts et l’a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes.
Il est dit que cette force est envers nous, c’est-à-dire, pour nous qui croyons. La puissance de l’Évangile ne pourra être libérée que si nous croyons que nous l’avons reçu et cette puissance extraordinaire qui a ressuscité Christ est à notre disposition. Pierre l’a saisi quand il a ressuscité Dorcas, quand il a levé l’infirme devant le temple. Étienne également a saisi cette puissance car il se faisait beaucoup de miracles par les mains d’Étienne. Je crois que tous pensent que Dieu est capable, que Dieu a la puissance, mais tous nous ne croyons pas que nous avons reçu la puissance et la force pour manifester l’amour de Dieu par les miracles de guérison, de libération, de résurrection. Dieu a pourvu pour le sacrifice d’Isaac. Il y avait déjà l’agneau qui était retenu dans un buisson. Isaac ne devait pas mourir. Dieu avait déjà préparé l’agneau. Un des noms de Dieu c’est l’éternel pourvoira, pour toutes choses il a déjà pourvu. Entrons et prenons ce qui nous est réservé depuis toujours. 

          Christ habite dans nos cœurs par la foi
Prenons maintenant Ephésiens chapitre 3 à partir du verset 14 la prière de Paul continue :

 « Je fléchis les genoux devant le père de notre Seigneur Jésus-Christ… que nous soyons fortifiés dans l’homme intérieur par son esprit afin que Christ habite dans nos cœur par la foi. »

Nous faisons la différence entre Christ et nous, mais le Seigneur avant de retourner au père a dit clairement à ses disciples que nous serons un avec lui. Il y a une très grande différence si nous agissons avec nos forces ou si nous agissons sachant que Christ habite pleinement dans notre esprit. Par le Saint-Esprit nous pourrons alors faire les œuvres de Christ par la foi.
Paul dit que c’est par la foi. Selon les promesses contenues dans sa parole.

          Connaître l’amour de Christ 
Au verset 19 Paul nous dit qu’il prie : « Que nous connaissions l’immense amour de notre Seigneur Jésus-Christ qui dépasse toute connaissance afin que nous soyons rempli de toute la plénitude de Dieu. »

Donc encore une fois, c’est par révélation que l’on connaît l’amour du Christ. Cela ne dépend pas de nos efforts, cela dépend du plan de Dieu lui-même. SA volonté est que nous soyons plein de l’esprit, plein de la personne de Dieu lui-même. Cette puissante révélation agit en nous infiniment plus que tout ce que nous pouvons demander, tout ce que nous pouvons penser. Lorsqu’on regarde un ciel étoilé, on se dit : quelle grandeur, quelle majesté, un infini où il n’y a pas de limite à l’univers.

Je pense que c’est une belle image de l’infini amour de Jésus-Christ, de l’infini amour du père pour nous et cela nous permet de saisir tout ce qu’il y a à notre disposition de la part de notre père.
D’être rempli de sa compassion.

Une missionnaire travaillait au Mozambique dans un orphelinat, elle était fatiguée, elle aimait le Seigneur, elle se donnait totalement mais elle disait qu’il n’y avait pas beaucoup de fruits. Un jour elle est allée à Toronto pour recevoir cette visitation de l’amour de Jésus.

Elle reçue l’imposition des mains et le Seigneur la visita de son amour. Elle est retournée et tout fut différent, une grande compassion fut suivie de grands miracles. AMEN

Avançons dans la foi,
Jean IRION

 

Soyez Renouvelés !

Voici un encouragement d’une 20aine de minutes:

La grande question quand nous commençons notre vie chrétienne est « comment puis-je changer par rapport à mon caractère, par rapport à mes habitudes mauvaises, par rapport à certaines choses que je désapprouve ? »
Je voudrais changer mais je n’y arrive pas !

Selon l’épître aux Romains chapitre 6 et Colossiens chapitre 3, le vieil homme est mort et nous avons revêtu le nouvel homme qui lui-même est renouvelé dans la connaissance à l’image de celui qui l’a créé.

Les épîtres de Pierre et de Paul utilisent trois termes qui sont : régénérer, renouveler et transformer. Il est parlé ici du sujet de la transformation de mon être intérieur.

Lisons dans 1 Pierre au chapitre 1 verset 23 « Etant régénéré non par une semence corruptible mais par une semence incorruptible, par la Parole de Dieu qui vit et qui demeure éternellement. » Cette régénération ne s’accomplira pas par une semence corruptible c’est-à-dire humaine, par les efforts, par les actes de piété, tout ce qui peut sortir de la capacité d’un homme pour se changer. Voilà la définition de cette semence.

Pierre parle d’une semence incorruptible qui est la parole de Dieu pouvant s’exprimer de différentes manières selon que l’Esprit du Seigneur nous la communique.

Le mot régénérer en grec est composé de deux particules, la première c’est anna qui veut dire : à l’intérieur de, au milieu, et la seconde particule qui est gennao qui veut dire : produire du nouveau, une naissance, être né de nouveau, renouveler, changer par une nouvelle vie conforme à Dieu. Donc nous sommes changés par la puissance de la Parole de Dieu pour être conforme à la vie divine. Cette vie divine entre en nous par la puissance de la Parole de Dieu.

Comme Dieu planait à la surface de l’abîme, « l’Esprit de Dieu dit que la lumière soit et la lumière fut. » Genèse 1. Nous voyons que le principe Créateur passe par la Parole de Dieu. La main de l’homme ne créera que des choses humaines et passagères. La véritable transformation ne peut venir que de la puissance de Dieu, de la puissance du créateur.

Nous lisons dans l’épître de Paul aux Colossiens chapitre 3 verset 10 : « Ayant revêtu le nouvel homme qui est renouvelé dans la connaissance à l’image de celui qui l’a créé »

Le nouvel homme qui nous a été donné à notre nouvelle naissance n’est pas parfait ou totalement accompli, il a besoin de recevoir l’action de Dieu journalière pour être renouvelé. Le mot renouvelé est composé de deux particules. La première annak qui veut dire : au milieu de, et la seconde aheeno qui veut dire: nouvelles forces, sans précédent, pas usé, frais, nouvelle vigueur.

Si nous regardons cette définition nous pouvons constater que seul l’action du Saint-Esprit peut créer cette nouvelle force, cette nouvelle vigueur, ce rafraîchissement. En ce qui concerne l’action de Dieu, elle ne se vivra que par la foi, à partir du moment où je comprends, ou l’Esprit de Dieu me révèle quelque chose. Je ne peux le saisir que par la foi. Tout effort ne ferait que retarder l’action de Dieu parce que c’est une semence humaine et corruptible. La chair n’a aucune puissance de création.

Nous lisons maintenant dans Romains chapitre 12 verset 2, il est dit :

 « Soyez transformé par le renouvellement de votre esprit, de votre entendement ou de votre intelligence »

Le mot ici est un mot connu qui est métamorphose qui veut dire : changer en une autre forme.
La larve de cigale s’accroche à un arbre et quitte sa première enveloppe, parce qu’une autre enveloppe lui est donnée. La vieille enveloppe reste accrochée à l’arbre et la nouvelle Cigale a revêtu une autre forme.
De même, Paul nous dit qu’il faut que nous soyons métamorphosés par un renouvellement de notre compréhension, un renouvellement de la vision de Dieu. J’ai besoin de la lumière de Dieu pour changer. En recevant cette lumière en nous, en revêtant comme d’un nouvel habit par la foi, c’est comme si Dieu te disait : abandonne ton vieil habit et prend ce nouvel habit que je te donne.
Imaginons maintenant quelqu’un ayant un caractère impatient. Comment peut-il se changer ? Il peut faire tous les efforts du monde, il n’arrivera qu’à se changer superficiellement, momentanément… Si maintenant cet homme, à force d’efforts, constate que ce n’est pas possible, c’est là que Dieu l’attend. C’est là que Dieu voulait l’amener. La Parole de Dieu dit : Revêtez-vous de l’homme nouveau qui est renouvelé dans la connaissance de Christ et dans la connaissance de ce que Christ a fait, étant assuré qu’il a accompli sur la croix et par sa résurrection, pour que moi j’entre dans la vision de Dieu. C’est alors que je suis transformé à son image par la foi.

Crois-tu que Christ est parfait, accompli totalement ? Oui tu le crois, eh bien, tu es transformé à son image : je suis l’image de Christ.

Cet homme qui a mis sa confiance en Dieu s’aperçoit que son impatience diminue et qu’elle est remplacée par la douce patience de Christ. Voilà le message de l’Évangile, ce n’est pas le message de la loi car la loi ne peut pas transformer, la loi ne peut que nous montrer le péché et nos faiblesses. Christ est venu pour accomplir la loi et nous revêtir du Saint-Esprit. AMEN

Avançons dans la foi, Jean

Les attaques du diable

Quelques frères et sœurs en Christ qui confessent le nom du Seigneur Jésus-Christ sont quelquefois soumis à une doctrine qui dit que : « Satan attaque le croyant ! », je voudrais par ces quelques mots soumettre cette doctrine à la lumière de la Parole de Dieu afin que nous puissions vivre dans la paix et dans la confiance que nous n’avons rien à craindre de la part de notre ennemi le diable.

Nous allons d’abord regarder dans l’Ancien Testament:

Prenons le livre d’Esaïe chapitre 27 verset 3 « En ce temps-là on chantera ainsi sur la vigne excellente, c’est moi l’Éternel qui la garde l’arrose en tout temps, je la garderai nuit et jour de peur qu’on ne lui fasse du mal (qu’on ne l’attaque). »

Nous voyons là que le Seigneur considère son peuple comme une vigne portant de bons fruits, il la garde nuit et jour, le malin ne peut pas s’opposer au Seigneur, si le Seigneur garde son peuple le malin ne peut l’attaquer et le vaincre, il y a une grande paix pour les enfants de Dieu à savoir que l’ange de l’Éternel campe autour de celui qui le craint.

Puis dans Esaïe chapitre 35, c’est en rapport avec la venue de Jésus et son œuvre pour son peuple, aux versets 8 et 9: « Il y aura là une route et un chemin qui s’appelle le chemin de la sainteté, celui qui est souillé ni passera. Mais il sera pour eux seuls, ceux qui marcheront dans ce chemin même les insensés ne s’égareront point. Il n’y aura là point de Lion, les bêtes farouches n’y monteront pas et ne s’y trouveront point. Mais les rachetés y marcherons. »

Nous comprenons par cette prophétie que l’œuvre de Christ amène ses élus sur un chemin où le diable n’a aucun pouvoir, il ne peut pas marcher sur ce chemin, il n’y a pas de bêtes farouches. Que veut dire bête farouche ? Il semble que ce sont des esprits méchants et ils ne peuvent pas non plus marcher sur notre chemin. Prenons maintenant le Psaume 91, nous constatons que celui qui habite à l’ombre du Tout-Puissant a trouvé en lui une assurance, un refuge contre l’adversaire, ni la maladie ni les terreurs de la nuit, ni la mort, ni la destruction n’ont d’autorité sur le peuple de Dieu. Bien sûr il est évident que nous mourrons tous et que nous rejoindrons le Seigneur, mais le Seigneur nous dit clairement que nous marcherons sur le Lion et sur le serpent, tous ceux qui se confient en lui ont l’autorité de marcher sur toute la puissance de l’ennemi, sans crainte. Celui qui ouvre son cœur et sa pensée à la crainte du diable, n’est pas dans cette retraite secrète, il n’est pas dans ce refuge cette forteresse, il ne peut bénéficier de la protection car son manque de foi le met dans la situation où l’ennemi peut le troubler, lui mentir. Le début du psaume 91 commence par : « habiter dans la retraite secrète du Très-Haut, avoir l’Éternel comme refuge, comme forteresse, comme assurance » toutes les bénédictions et les protections de Dieu sont la conséquence de notre position.

Si nous continuons maintenant dans l’Ancien Testament et nous lisons Job chapitre 3 au verset 25 il est dit : « ce que je crains m’arrive et ce que j’appréhende viens sur moi, je n’ai ni paix ni tranquillité ni repos le tourment est venu. »

Cette parole nous enseigne que la crainte du diable déclenche l’action du diable, ce dont j’ai peur devient une puissance qui me domine, il est important pour nous enfants de Dieu, que nous ne laissions aucune crainte envahir nos cœurs car nous avons un Dieu qui nous garde. La tranquillité, la paix et la joie sont un fruit de l’Esprit de Dieu en nous. Si nous perdons la paix c’est que nos pensées ne sont plus à la bonne place !

Dans le Proverbe 3 verset 21 à 26 nous lisons que les paroles de Dieu ne s’écartent pas de devant nos yeux parce qu’elles sont la vie de notre âme et que nous marcherons avec assurance sur notre chemin et notre pied ne trébuchera pas. Lorsque nous nous coucherons, il n’y aura point de frayeur dans notre nuit et notre sommeil sera doux, nous n’avons rien à craindre même lorsque le méchant nous attaquera, car l’Éternel sera notre confiance, il gardera notre pied des pièges du malin.

Le Seigneur nous invite à nous nourrir de ses paroles et la conséquence c’est que notre âme ne sera ébranlée par aucune crainte, même notre sommeil sera paisible. Si un homme nous attaque nous serons encore dans la paix. Nous voyons dans le livre de Job que les intentions du diable ont été soumises à la volonté du Seigneur, il n’a rien pu faire sans l’accord de Dieu. 

Voyons maintenant dans le Nouveau Testament dans quelles circonstances le diable va-t-il tendre des pièges au croyant. Tout d’abord notre Seigneur a été tenté par Satan et comment Jésus a-t-il répondu ? Il a résisté par la parole de Dieu d’une façon très simple. Nous pouvons lire dans Éphésiens chapitre 4 verset 26 : « Si vous vous mettez en colère ne péchez pas. Que Le soleil ne se couche point sur votre colère, ne donnez point accès au diable. » Nous savons tous que nous pouvons nous mettre en colère ! Le Seigneur te demande de ne pas rester sur cette colère, car c’est à ce moment-là que le diable aurait un accès ou un droit,  c’est-à-dire que tu lui donnes le droit de mettre le trouble, la division, c’est ta désobéissance qui lui permet d’agir. Continuons dans Jacques chapitre 4 à partir du verset 4 Dans cette exhortation l’apôtre met en opposition l’amour du monde, l’envie, l’orgueil à la soumission à Dieu, il conclut au verset 7 soumettez-vous donc à Dieu résistez au diable et il s’enfuira loin de vous. Lorsque nous pêchons, lorsque l’amour du monde entre par exemple dans nos pensées, dans notre cœur, nous ouvrons une porte à l’ennemi et il s’installe dans notre vie. Le Seigneur me demande simplement de me soumettre à Dieu, il dit très simplement de résister à la tentation et le diable ne pourra pas rester et exercer une autorité sur moi, il s’enfuira très loin. La simple obéissance nous garde de tous les pièges du malin, car sur cette route point de Lion !

Lisons dans la première épître de Pierre au chapitre 5 verset 7 à 9 : « Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis parce qu’il a soin de vous, soyez sobres, veillez car le diable votre ennemi rôde comme un lion rugissant cherchant qui il pourra dévorer, résistez lui avec une foi ferme … » Nous comprenons là aussi, que la crainte, les soucis nous éloignent du Seigneur, telle la semence jetée parmi les épines qui va finir par étouffer la bonne semence, tels sont les soucis et nous reconnaissons ceci comme étant le moyen de notre ennemi pour que nous sortions du chemin. L’apôtre me dit simplement de refuser les soucis, de résister en croyant que Dieu va pourvoir aux besoins de ma vie. Tel est le seul combat de chaque croyant en face des tentations : La FOI !

Je voudrais maintenant conclure cette méditation et que chaque enfant de Dieu sache : que le diable n’a de pouvoir que ce que nous lui donnons. Si tu crois aux attaques, tu vivras beaucoup de troubles. Il n’y a à craindre aucune attaque car le Seigneur nous garde, le pouvoir et la puissance du diable ont été vaincus à la croix. Dans toute l’écriture le mot « Attaque » est utilisé pour un peuple contre un autre peuple, pour un méchant contre un juste, il n’est pas utilisé pour qualifier les intentions du diable. Résistez avec une foi ferme et n’oubliez pas : que le lion n’est pas sur la route des rachetés. 

 Avançons dans la foi Jean IRION

 

 

La guérison à la portée de ma foi

Nous avons des pensées qui sont contraires à l’enseignement de Jésus et ces pensées nous empêchent de recevoir la guérison de la part du Seigneur et ce gratuitement. Par cette méditation j’aimerais mettre le doigt sur ces mensonges et que chacun de nous puisse saisir par la foi la guérison que le Seigneur nous a promise.

Lisons tout d’abord dans Marc chapitre 6 verset 56 

« Et en quelques lieux qu’il entra, dans les bourgs dans les villes, ou dans les campagnes on mettait les malades dans les places publiques et on le priait qu’au moins il puisse toucher le bord de son vêtement et tous ceux qui le touchaient étaient guéris. »

Il n’y avait aucune limite pour le Seigneur Jésus, chaque fois qu’il passait là où il y avait quelques habitations la réaction des gens était la même, ils plaçaient les malades sur les places publiques ou au bord des chemins pour que la puissance de Jésus puisse les guérir. Ils avaient même la foi qu’en touchant simplement le bord de son vêtement cela suffirait pour que la puissance de Jésus se manifeste dans leur corps.

Bartimée était là lui aussi, aveugle, il cria pour que Jésus s’arrête et le guérisse, est-ce que Jésus lui a demandé s’il pratiquait la loi biblique, s’il allait régulièrement à la synagogue, s’il y a quelque péché non confessé et toutes ces questions qui nous empêchent d’aller au sauveur gratuitement en ayant juste confiance en sa bonté pour nous. Les gens du dehors de l’église reçoivent beaucoup plus facilement parce qu’il n’y a pas de “IL FAUT” pour eux.

Il n’y a que la foi qui leur faisait toucher son vêtement, et l’apôtre Pierre l’a aussi vécu avec son ombre, l’apôtre Paul l’a aussi vécu avec des linges qu’il touchait et l’on posait ces linges sur les malades.

Pourquoi sommes-nous si incrédules ? Je pense que l’esprit religieux et pour une grande part dans nos limites, dans ces barrages à la grâce de Dieu.

MAINTENANT ET GRATUITEMENT pour ma guérison autant que pour mon salut.

La guérison est à 100% pour nous.

  • Des chrétiens argumentent que c’est la volonté de Dieu de placer une écharde dans notre corps pour faire l’œuvre de la sanctification.

Il y a trois mensonges rien que dans cette pensée,

      1er – L’écharde n’est pas une maladie.
      2ème – Dieu ne veut pas la maladie mais la guérison. 
      3ème – Dieu ne sanctifie pas le croyant par la maladie.

C’est donc une fausse doctrine, une forteresse dans la pensée.

Nous trouvons la réponse à cette fausse doctrine dans Actes 10 v 38 où il est écrit : 

 ”Dieu a oint du Saint-Esprit et de puissance Jésus de Nazareth qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient opprimés par le diable, parce que Dieu était avec lui. »

C’est le diable qui opprime par la maladie, Dieu n’opprime pas le chrétien, il veut le délivrer, c’est pourquoi Jésus dans son ministère guérissait énormément de malades et on peut même dire, TOUS les malades (voir également 1 jean 3 v 8).

Souvent Satan nous accuse d’être de mauvais chrétiens, Satan nous dit:- tu as péché tu n’es pas parfait dans ta conduite, tu n’es pas sanctifié, il fait l’amalgame entre notre nature qui n’a pas encore été complètement régénérée par Christ et la sanctification (qui dans sa signification veut dire qu’on est mis à part pour Dieu). Jésus lui-même dit : “je me sanctifie moi-même pour eux” et l’apôtre Paul dit dans Thessaloniciens chapitre 5 /23-24 “Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier… et il le fera“. Par ces fausses doctrines Satan nous empêche de recevoir cette bénédiction de Dieu parce qu’il met une accusation sur nos vies. Cette accusation nous empêche d’aller à Dieu.

– Voici encore une autre accusation : Est-ce que ton cœur est à 100 % pour Dieu?

 Je dirais ; Comment peux-tu évaluer l’état de ton coeur ? Mais tu sais que tu aimes Dieu, tu sais que tu veux lui être fidèle jusqu’au bout, tu veux marcher derrière lui.

Voyons Jésus-Christ, il a guéri des personnes qui ne marchent pas avec Dieu. Seulement parce qu’ils se sont approchés de sa grâce.

J’ai même assisté à la guérison d’un mendiant, ivre sur la voie publique, instantanément il s’est mis debout, il s’est mis à marcher alors qu’il ne pouvait pas marcher. Le Seigneur ne lui a pas demandé s’il aimait vraiment Dieu ; Quelle religion il pratiquait ? Aucune de ces questions, simplement la grâce de Jésus-Christ se manifestant pour des pêcheurs comme il y a 2000 ans en Israël, la grâce se manifestant pour des perdus, pour des malades !

Saisissons cette grâce avec la foi, touchons le vêtement de Jésus en ayant dans notre pensée, sa bonté, sa grâce, sa puissance infinie se manifestant avec gratuité.

– Une autre fausse doctrine est: “Le péché contre le Saint Esprit”. Satan ment quand il dit “Tu as péché contre le Saint-Esprit”. Si on prend le contexte réel biblique, on comprend que celui qui a connu Jésus-Christ, qui a connu même la puissance du Saint-Esprit dans sa vie, qui a expérimenté la vie de Dieu et qui jusqu’au dernier moment de son existence ne veut plus de Dieu, de Jésus-Christ comme Sauveur, il renie Jésus-Christ comme Sauveur pour lui. Eh bien cet homme a péché contre le Saint-Esprit. Il n’y a que ce cas précis qui est invoqué concernant ce péché.

Sous l’ancienne alliance David déclare dans toute son imperfection :

“C’est lui qui pardonne tous tes péchés et qui guérit toutes tes maladies” Psaume 103

TOUTES les MALADIES sous l’ancienne alliance ! Pourquoi maintenant sous la grâce Dieu se réserverait de laisser ses enfants malades?

Psaume 103 v5 et Esaïe 40 v 28 – 31 Nous montre une autre forme de guérison, c’est la puissance de la vie de Dieu rajeunissant nos cellules.

”Tellement que ta jeunesse est renouvelée comme celle de l’aigle”

– Nos barrières viennent aussi du fait que nous ne connaissons pas le Seigneur tel qu’il est réellement. Sa bonté, sa gratuité, sa patience, sa grâce infinie…

Nos maladies ont été portées par la grâce de Jésus à la croix selon Esaïe 53 afin que nous en soyons totalement déchargés et libérés.

Alors entrons dans la foi au fils de Dieu !

Jean IRION

 

Le Fruit Des Lèvres

Dans notre première méditation « Le pouvoir de la langue » nous avons vu que la langue a un pouvoir de construction et un pouvoir de destruction. Aujourd’hui je voudrais méditer avec vous sur l’impact de nos lèvres dans notre esprit, dans notre âme et dans notre corps. Nous trouvons dans le Proverbe 18 verset 8 ces paroles de Salomon : « les paroles du rapporteur sont comme des friandises elles descendent jusqu’au fond des entrailles. » Les mauvaises paroles du rapporteur nourrissent nos entrailles et dans le Proverbe 18 verset 20 il est dit :  « C’est du fruit de sa bouche qu’un homme rassasie ses entrailles », donc les bonnes paroles qui sortent de nos lèvres nourrissent nos entrailles. Les entrailles sont vraiment l’expression du fond de nous-même, je dirais alors que c’est de notre esprit dont il est question. Dans certaines traductions ce mot est traduit par « le corps » et nous pouvons penser aussi que les paroles ont un impact sur notre santé. 

Regardons de plus près quel est le sens du verbe rassasier, si l’on regarde l’original hébreu nous trouvons cette définition : (un désir satisfait, abreuver, enrichir, être accompli, à satiété.)

Dans la deuxième partie du verset 20, nous trouvons ceci :  « c’est du revenu de ses lèvres qu’il sera nourri », le revenu des lèvres pourrait se traduire également par une récolte, un gain.

Je vais vous relater un exemple du fruit des lèvres. Ceci est arrivé à mon épouse qui avait toujours entendu pendant sa jeunesse sa mère qui disait : « ferme la porte, il y a des courants d’air, tu vas tomber malade », c’est une confession négative. Lorsque nous avons acheté une voiture climatisée elle ne mettait jamais l’air conditionné, parce que cette parole lui revenait à l’esprit “Attention au courant d’air tu vas tomber malade” puis un jour, elle s’est dit pourquoi ? Non, je ne tomberai pas malade, elle a cru dans son esprit et confessa de ses lèvres puis elle a mis la climatisation en fonction et elle n’est jamais tombé malade à cause de ce courant d’air frais dans la voiture.

Nous confessons des paroles négatives, comme : je suis timide, je n’y arriverai pas, je ne suis pas intelligent, j’ai peur, j’ai toujours été comme ça…

Notre intérieur est nourri par la confession de nos lèvres et nous restons prisonniers de ce que nous disons de nous-même. 

Nous sommes appelés à être des serviteurs de Dieu et par nos bouches remplies des choses de Dieu nous sommes pleins de foi et nous accomplirons les œuvres que notre père nous réserve. Les pensées et les paroles du diable nous privent de cette vie abondante.

– Lors de la tentation de Jésus au désert notre Seigneur a confessé de sa bouche que sa nourriture est « Toutes paroles qui sort de la bouche de Dieu. » Voyez-vous, notre Seigneur pratiquait Proverbes 18 /20, ses lèvres confessaient les paroles de Dieu. Jésus obéissait, lui la parole de Dieu incarnée.

– Hébreux chapitre 13 verset 15 : La louange est le fruit des lèvres. Quand je loue Dieu mon esprit est en contact avec Dieu, mon esprit est nourri, je loue Dieu pour tout ce qu’il m’a donné :

– Je suis d’accord avec toi Seigneur, ce n’est pas parce que tout va bien que je te remercie, ma bouche te loue toi, pour ta fidélité, pour ton amour…

Quand nous prions en langue, nos lèvres racontent les merveilles de Dieu et notre esprit est édifié.

– La Parole qui sort de notre bouche doit toujours être remplie de foi. Lorsque Dieu planait sur le chaos nous trouvons ceci dans Genèse, la parole est sortie de Sa bouche et la parole a créé l’ordre. Dans Jean chapitre 1, nous voyons que Jésus est la Parole et que la Parole a tout créé, voyez l’importance des lèvres qui confessent la vérité, l’amour, le pardon, la compassion, la foi, voyez-vous la création qui peut sortir de nos lèvres ?

– Dans l’évangile de Luc chapitre 4 verset 22 nous trouvons: « Des paroles pleines de grâce sortaient de sa bouche. » Nous voyons qu’il y a une grande différence entre les personnes légalistes (prêchant et pratiquant la loi) et les enfants de Dieu qui ne jugent pas, Jésus ne condamnait personne.

– Ephésiens 4/29 nous dit que: ”la parole doit être édifiante, elle fait du bien” le fruit de nos lèvres doit être édifiant pour nous-même et pour les autres.

– Esaïe 6/1 nous parle des chérubins qui de leurs bouches criaient “Saint, saint, saint est l’Eternel, toute la terre est remplie de sa gloire.” Ces anges remplis de la vision de Dieu ne confessaient que la vérité, ils ne confessaient rien de négatif, pourquoi ? Parce qu’ils voyaient la réalité; Eh bien nous, nous pouvons aussi voir cette réalité à travers la foi que le Seigneur va nous communiquer !

Nourrissons-nous des paroles de Dieu et avec nos lèvres confessons la vérité selon Dieu, arrêtons de laisser notre langue parler sans foi, sans grâce, sans amour selon l’homme naturel.

Soyez renouvelés.

Avançons dans la foi
Jean IRION

Le pouvoir de la langue

Je voudrais méditer avec vous aujourd’hui à propos de la puissance ou du pouvoir qu’a notre langue dans nos relations avec les autres et quel est l’impact positif ou négatif de nos paroles.

Vous connaissez certainement dans Jacques le chapitre 3 qui concerne la langue. L’apôtre Jacques a consacré un chapitre sur le pouvoir de la langue dans nos relations avec autrui. Il dit au verset 4 que la langue est ce petit gouvernail qui mène tout le bateau et il ajoute que même s’il y a des vents violents ce petit gouvernail est capable de résister et de mener ce grand navire. Il dit également que la langue dirige tout le corps.

  • Quelle est cette allumette capable de mettre le feu à une grande forêt ?
  • Combien de feu allume-t-elle dans les couples ?
  • Combien de divisions a-t-elle créé dans l’église et ailleurs?

Autant elle est capable de créer la discorde autant son pouvoir est grand dans l’édification, les miracles, les encouragements, les restaurations de l’âme, les chants de louanges et d’adoration….

– Lorsque j’étais professeur, je posais un jour à mes élèves (ils étaient en difficulté scolaire) cette question: – Pourquoi pensez-vous que vous êtes nuls dans votre scolarité ? Ils m’ont tous répondu : C’est parce qu’on nous a dit que nous étions nuls ! Je leur ai alors demandé : – Qui vous a dit cela ? Et j’ai demandé à chacun, quelle est la personne qui a osé affirmer cela ? J’écoutais leur réponse la mort dans l’âme ! Les uns après les autres ils ont pris la parole, l’un a dit c’est mon père, l’autre mon professeur, l’autre c’est ma mère, etc… TOUS ont été blessés par le pouvoir de la langue. TOUS étaient en grande difficulté scolaire par le pouvoir de la langue, leur vie, tel un bateau prenait une mauvaise direction.

Regardons maintenant ensemble ce que le Seigneur a révélé à Salomon dans le Proverbe 15 au verset 4: Une langue douce est comme l’arbre de vie; mais une langue perverse est comme le vent qui détruit tout.
Si nous prenons l’original Hébreu nous y voyons une perle que certaines traductions n’ont pas relevée.
Le mot “douce” (en hébreu « Marpe’ ») serait en réalité mieux traduit par: remède, guérison, santé, salutaire, rétablir, panser une plaie, assainir de l’eau… car ce mot a sa racine dans un mot (en hébreu « Rapha’ ») qui signifie guéri.
Nous voyons ainsi la puissance de ce mot « Marpe’ » qui est attribuée aux paroles de notre bouche.
Salomon dit ensuite que c’est un arbre de vie ; L’esprit de Jésus, le Saint-Esprit peut créer et donner la vie, la guérison par ce qui sort de notre bouche, la guérison de l’âme peut sortir de notre bouche, la paix, l’amour, la réconciliation. La sagesse, dont parle Jacques à la fin du chapitre 3, s’exprime par la langue; 
La sagesse d’en haut est premièrement pure puis paisible, modérée, conciliante, pleine de miséricorde, et de bons fruits, sans dissimulation, sans hypocrisie.
Nous comprenons alors que le pouvoir de notre langue est immense, bien malheureusement la langue a aussi un pouvoir de destruction comme il est écrit à la fin du verset 4 de proverbe 15: Une langue perverse est comme un vent qui brise tout.
Le mot hébreu à l’origine de la traduction “perverse” peut prendre les sens suivants: Corrompre, faire tomber quelqu’un, malfaisante, méchante, cruelle, causer la ruine…

Combien de disputes sont à l’origine d’une mauvaise parole ? 
En tant que disciple de Jésus nous ne devons plus accepter que notre bouche soit méchante, qu’elle cause la ruine.
Certains me diront : ”Mais je veux que ma langue bénisse, je ne veux plus juger, je ne veux plus dire des choses qui blessent… mais c’est plus fort que moi, j’étais emporté malgré moi ” 

Mes frères et sœurs, il y a un remède contenu dans la Parole de Dieu, je voudrais vous l’exprimer en quelques mots, cela se trouve dans Romains chapitre 6, versets 6 et 7. Nous y trouvons cette déclaration sans équivoque:
Sachant que Notre vieil homme a été crucifié avec lui afin que la puissance du péché soit détruite et que nous ne soyons plus esclave du péché, celui qui est mort est libre du péché. 

Voici cette bonne nouvelle, notre vieil homme a été crucifié avec sa langue aussi, notre langue est passée par la mort en Christ, c’est pourquoi celui qui vit la nouvelle vie par la foi a laissé le vieil homme là où il est, c’est-à-dire dans la mort. Donc la puissance mauvaise de notre langue a été vraiment vaincu et au verset 11, il est dit : « vous aussi considérez-vous comme mort au péché et comme vivant à Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur » et au verset 13 « ne livrez pas vos membres au péché pour être des instruments d’iniquité mais donnez-vous à Dieu comme de mort étant devenu vivant et consacrez vos membres à Dieu pour être des instruments de justice »

Etant passé par la mort, nous sommes donc vivant en Christ et la puissance du péché (de la langue) a été vaincue, aujourd’hui je ne suis plus dominé par ma langue, je peux offrir ma langue comme un instrument dans les mains de Dieu, je peux dire NON à ma langue et ceci, nous pouvons le vivre par la foi en Jésus-Christ. Si nous essayons de maîtriser notre langue, nous allons échouer, mais si nous croyons à la puissance de Christ en nous, si nous croyons en cette nouvelle vie par la foi, nous allons voir s’accomplir un changement opéré par le Saint-Esprit, non pas par notre force, mais uniquement par le Saint-Esprit.

Je donnais récemment cette image : Met devant toi une vieille paire de chaussures et une nouvelle paire. Au moment où ta langue est prête à pécher, c’est comme si tu vas mettre tes vieilles chaussures, alors enlève les et met tes nouvelles chaussures. En résumé, après avoir reçu la victoire par la foi, tu es enfin capable de dire NON.

 Si vous voulez méditer au sujet du vieil homme : https://avancons-dans-la-foi.com/reunions-en-audio-mp3 et du nouvel homme: https://avancons-dans-la-foi.com/reunions-en-audio-mp3.

Ces deux enseignements sont les bases d’une vie chrétienne victorieuse.

Avançons dans la foi

Jean IRION

Ecouter la voix de Jésus

Je voudrais méditer avec vous aujourd’hui, comment reconnaître et entendre la voix de Dieu. Ce qui est important pour notre marche c’est d’entendre la voix de Dieu pour le suivre.

Nous pouvons tout d’abord lire dans l’évangile de Jean chapitre 10 versets 2 à 5 

”Celui qui entre par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre et les brebis entendent sa voix; il appelle ses propres brebis par leurs noms et les mène dehors et quand il a mené dehors ses propres brebis, il marche devant elles et les brebis le suivent parce qu’elles connaissent sa voix”.

Ce qui est important pour notre marche c’est d’entendre la voix de Dieu pour le suivre. Dans cette parole, Jésus se montre comme le véritable berger. Les brebis entendent sa voix et reconnaissent naturellement leur berger. Elles font la différence entre la voix des étrangers et celle de leur unique berger. Cela paraît évident pour nous qu’un bébé reconnaisse la voix de sa mère et soit immédiatement rassuré. Parce que l’enfant de Dieu est né de Dieu, il est ”né de nouveau” et cela est spirituel, c’est-à-dire que la naissance n’est pas une naissance physique, naturelle, humaine, mais une naissance d’en haut, nous avons donc reçu de la part de Dieu un esprit nouveau et cet esprit est en contact avec l’Esprit de Dieu et cet esprit reçoit les choses de Dieu, comme la foi, l’assurance du salut, différentes paroles de Dieu comme un encouragement, la certitude de la guérison, une prophétie et bien d’autres….

Nous pouvons nous poser ces questions :

– Où reçoit-on les paroles de Dieu et comment être sûr que ce sont les paroles de Dieu ?

La première réponse, c’est que cela est toujours conforme à la parole de Dieu écrite « La Bible ».
La deuxième réponse, c’est que la voix de Dieu est dans l’homme intérieur, c’est-à-dire l’esprit, et que l’Esprit témoigne en premier lieu dans notre vie que nous sommes enfants de Dieu et cela est toujours conforme à la parole de Dieu écrite.

Romains 8 verset 16:

« L’esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »

C’est l’assurance du salut qui vient lors de notre conversion. Il y a donc quelqu’un qui témoigne en nous, mais pas dans notre âme, pas dans nos sentiments ou notre intelligence. L’intelligence n’est alors qu’un outil qui nous permet de mettre en clair ce que nous avons reçu dans notre esprit. Le chrétien devrait s’exercer pour écouter ce qui se passe dans son esprit. « L’esprit de l’homme est la lampe de l’éternel »

Dans 1 Corinthiens chapitre 3 verset 16, nous lisons :

« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous. »

Dieu habite en nous par son esprit, il demeure avec nous et nous conduit dans la vérité. Par son esprit qui nous parle, comme Jésus marche devant ses propres brebis et les conduit dans de verts pâturages, près des eaux paisibles, nous pouvons entendre sa voix au fond de notre esprit, et plus nous apprenons à l’écouter et à obéir plus nous serons sensibles à sa voix en nous.

Nous ne sommes plus sous l’ancienne alliance où les oints de Dieu étaient les porte-parole et conduisaient le peuple.

Il est important comme le dit Jésus de le suivre « mes brebis entendent ma voix et me suivent », le verbe suivre en grec est composé d’une particule qui veut dire « en union avec » et du mot « route » donc cela pourrait se traduire par : Uni sur la même route. 

 Les différentes traductions du mot « suivre » sont celles-ci :

  • Se joindre comme un disciple
  • Accompagner
  • Suivre celui qui précède
  • Devenir disciple, faire partie de son groupe

Alors, je dirais que suivre c’est : “Mettre nos pieds dans les mêmes pas que ceux de Jésus”

Nous pouvons être conduits par l’Esprit, si nous apprenons à écouter la voix divine dans notre homme intérieur pour véritablement lui obéir. Cultivons cette relation d’écoute, faisons progresser notre esprit dans l’écoute et l’obéissance immédiate, nous sommes souvent pressés et nous n’écoutons plus, puis nous faisons des choix et les regrettons.

Un jour nous devions acheter un auvent pour notre caravane, j’ai cherché un auvent d’occasion que j’ai trouvé à 300 km de chez moi. Ma femme et moi sommes partis, j’étais pressé, je n’ai même pas pris le temps de parler à Dieu. Nous sommes arrivés à Paris et le vendeur nous a montré son auvent plié correctement. Je lui ai alors posé la question : Est-ce que c’est vraiment le bon modèle pour ma caravane ? Il m’a certifié que oui. Mais j’avais un malaise au fond de moi, ma femme ne disait rien. Nous l’avons acheté et sommes partis en voiture, quelques minutes après avoir quitté le vendeur j’avais la certitude en moi que ce n’était pas le bon, je posais alors la question à ma femme et elle me dit qu’elle-même pensait que ce vendeur nous avait trompé, mais me faisant confiance elle n’avait rien dit. Arrivés à la maison, je l’ai déballé puis monté et me suis aperçu qu’il manquait environ 30 cm de hauteur.

Ceci est un exemple de quelqu’un de pressé qui n’écoute pas Dieu, qui ne prend pas le temps d’écouter la conviction intérieure, cette petite voix intérieure, ce témoignage.

C’est pourquoi, il nous faut apprendre à écouter la voix divine, faire progresser notre esprit dans l’écoute et l’obéissance. « Mes brebis entendent ma voix et me suivent »

– La deuxième question trouve sa réponse dans nos propres pensées, nos intérêts personnels, suivons nous Jésus ou notre âme, nos sentiments, notre logique ?

 Il est dit dans Jean 8 verset 12 « Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » Si nous le suivons, laissant nos intérêts, nos craintes, nos raisonnements l’esprit nous communique des certitudes et nous engageons notre foi. C’est comme quelque chose en soi-même qu’on ne peut pas prouver mais qui est tellement réel ! Cela produit de la lumière en nous-même, de la vie et cela est facilement reconnaissable.

Par exemple : Vous écoutez quelqu’un prophétiser ou prêcher ! Est-ce que cela produit de la vie, de la paix, une foi grandissante, une proximité avec votre Père céleste ? Car il est dit dans la parole « La prophétie exhorte, console, édifie »

Si maintenant c’est moi qui parle ou reçois une parole que je crois être de Dieu ; Qu’est-ce que cela produit en moi-même ? Il y a toujours ce témoignage intérieur qui nous conduit dans la vérité. Alors soit j’ai cette paix et je persévère, soit il y a une forme de tristesse qui s’installe et il ne me reste plus qu’à obéir et à me rétracter.

C’est l’exhortation que je voudrais vous laisser à vous qui avez reçu Jésus-Christ dans votre cœur et qui voulez marcher à sa suite.

 

Avançons dans la foi
Jean IRION  

 

Jésus est la porte

(Evangile de Jean chapitre 10 versets 1-14)
Je voudrais méditer avec vous dans le Chapitre 10 de l’évangile de Jean.

Au verset 7 et 9 Jésus se présente à nous, il dit de lui-même :
« Je suis la porte des brebis »
« Je suis la porte si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé »
il s’oppose à tous ceux qui se nomment des conducteurs, il dit de ces gens « Ce sont des malfaiteurs parce qu’il n’entre pas par la porte » le seul qui doit entrer par la porte c’est le berger des brebis. Les brebis reconnaissent sa voix, il appelle ses propres brebis par leur nom et les conduit dehors vers des lieux paisibles. Jésus dit, que celui qui n’entre pas par lui et qui veut mener les brebis dehors est un malfaiteur, le seul qui veuille du bien aux brebis, c’est le berger, il se nomme lui-même au verset 11 « Le Bon Berger »

Une porte c’est la séparation entre deux pièces ou la séparation entre l’intérieur et l’extérieur d’une maison, je crois que la porte du ciel c’est Jésus , je crois que la porte du salut c’est Jésus, je crois que la porte de la bénédiction c’est Jésus lui-même, je crois que la porte de la guérison c’est Jésus, je crois que la porte de la délivrance c’est Jésus, je crois que la porte de la bonne doctrine c’est Jésus lui-même et on comprend fort bien maintenant que si l’on ne passe pas par cette porte nous manquons tout le royaume de Dieu.

Par cette porte nous devenons enfant de Dieu et nous sommes sauvés, si tu penses que le salut est dans une religion ou un homme tu ne passes pas par la bonne PORTE.

Si quelqu’un prêche et qu’il ne t’emmène pas à Jésus, il te conduit à pratiquer des rites, des actes pour te purifier, pour atteindre Dieu, s’il te fait regarder à toi-même, s’il met une condamnation sur toi et bien Jésus dit de lui : « C’est un malfaiteur, il ne se soucie pas de toi » si l’on prêche que la guérison est le fruit d’une vie sainte et que la guérison doit être méritée Jésus dit de lui « C’est un malfaiteur » cette prédication ou cet enseignement n’est pas biblique. Si tu dois pratiquer une religion pour être sauvé, celui qui t’enseigne est un malfaiteur !

Nous voyons par exemple dans l’Évangile que Jésus ne demandait rien à personne au sujet de son état moral et spirituel, il guérissait simplement celui qui venait à lui dans la foi, donc ceux qui passaient par la porte étaient tous guéris. Le Seigneur Jésus est la seule porte du ciel, si aujourd’hui tu es dans l’incertitude d’être sauvé, c’est que tu n’es pas passé par la bonne porte. Rien de plus simple pour entrer dans le royaume de Dieu que de passer par la porte dans la foi en DIEU, c’est-à-dire par le sacrifice de Jésus pour toi, peut-être tu fais partie d’une église depuis fort longtemps, que tes parents allaient régulièrement dans cette église, tu viens aux réunions, mais tu as le sentiment qu’il te manque quelque chose ; Il te manque une vie nouvelle, parce que tu as seulement adopté des principes moraux, tu es honnête et sincère dans toutes tes démarches mais il te manque une chose : Ce que Jésus a dit à Nicodème « Si tu ne naît pas de nouveau, tu ne peux pas rentrer dans le royaume de Dieu » La nouvelle naissance c’est passer par cette porte, tu peux dire à Jésus cette prière toute simple :

« Aujourd’hui Seigneur Jésus, je te reconnais comme la seule porte du ciel, qui mène au salut, pardonne-moi toute ma vie passée, efface tous mes péchés et fait de moi une nouvelle personne, merci Seigneur, parce qu’aujourd’hui tu m’as adopté comme ton fils (ou ta fille) et que je suis maintenant un enfant de DIEU sauvé, AMEN. »

Quoi de plus simple que de passer par une porte, c’est quand même extraordinaire que Jésus le Fils de Dieu, Dieu lui-même, se présente à nous comme une simple porte.

Jésus dit : « Si vous ne devenez comme des enfants vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » Et je voudrais ajouter pour finir : Quel que soit ton besoin, spirituel, affectif, physique ou matériel, tu peux passer par cette porte. Simplement par la foi.

Avançons dans la foi Jean IRION

Le nouvel homme.

Comment ne plus vivre dans l’échec par rapport à mon caractère insupportable ? Mes agissements ne sont pas du tout celui d’un chrétien, comment changer ? Comment se revêtir chaque jour de la victoire ? Finalement comment changer de vie ?

Ce sont ces questions qui minent la pensée de beaucoup dans le peuple de Dieu. Sans des réponses précises quelques-uns abandonnent la foi, se découragent et vivent une vie de tristesses et de luttes incessantes ou même une vie d’hypocrisie.

La parole nous a été donnée pour nous conduire à une victoire totale, dans un article nommé : « Ce n’est que le vieil homme » Je vous invite à le lire, il est décrit ce qu’est mon ancienne nature qui ne peut obtenir aucune victoire. Aujourd’hui je souhaite continuer cet article par ce que la Bible appelle : « Le nouvel homme » Toute victoire vient de ce que CHRIST a accompli, toute la parole de Dieu nous conduit dans la révélation de ce que Jésus a fait pour les hommes. Accepter par la foi ce qui a déjà été accompli est le seul chemin de toutes victoires.

Prenons ce passage merveilleux de Ephésiens 4 v 22 «… vous avez été instruit à vous dépouiller du vieil homme…à vous renouveler dans votre mentalité, dans votre compréhension par l’action du Saint-Esprit en vous et à vous revêtir du nouvel homme qui a été créé par Dieu à sa propre image… »

 

Le chemin de la victoire passe par trois étapes :

  1. Le mot dépouiller est très significatif, il veut dire : « Priver une personne de ce qui lui appartient, cela peut être physique, moral ou matériel » ; Par exemple : un serpent se dépouille de sa peau chaque année, le soldat peut être dépouillé de ses biens étant mort sur le champ de bataille. Je peux donc dépouiller quelqu’un qui est mort parce qu’il ne peut réagir et lutter contre moi, il n’a plus de force. Le vieil homme est comme cette enveloppe morte dont la puissance a été détruite. Reniant par la foi, cette ancienne nature en moi, je la dépouille de ce qui la caractérisait. Je lui enlève ses biens. Article Ce n’est que le vieil homme.

  2. Il me faut être renouvelé dans mes pensées. Renouvelé pour pouvoir concevoir au-delà de mes limites, renouvelé pour connaître cette nouvelle nature que Dieu a créée et qu’il met devant moi afin que je la saisisse par la foi. La parole de Dieu illumine mes pensées, elle me régénère, elle accomplit une œuvre et sépare de moi ce qui est faux dans mes pensées, elle met en lumière tout ce que Jésus a fait pour moi, elle crée la foi et l’assurance que la puissance est en Dieu. 1Pierre 1 verset 23.
    J’ai un jour fait cette expérience, je lisais dans la parole « Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir » et je m’étonnais parce que moi j’ai plus de joie à recevoir ! Cela m’a interpellé et j’ai dit à Dieu : « Eh bien, Seigneur je suis d’accord que tu renouvelles mes pensées et ma façon de vivre. » Le Seigneur m’a parlé dans le cœur par cette simple phrase : « Passe en deuxième dans toutes tes relations. » J’ai dit d’accord, et je me suis aperçu que c’était très simple et facile.
    Dieu venait de me renouveler, et j’ai simplement pratiqué dans la foi le dépouillement du vieil homme.


  3. Se revêtir est ce que le chrétien oubli de faire le plus souvent.
    – Il se repent de ses péchés,
    – il passe du temps devant Dieu, cherche sa volonté.
    – il ne se revêt pas du nouvel homme.
    Il entreprend lui-même un travail de changement comme pour arracher ce qui est collé à sa peau, mais en vain car il s’aperçoit de la vérité de ce proverbe : « Chasse le naturel et il revient au galop »

Se revêtir est acte de foi :

Je suis convaincu que le seigneur a préparé cet homme nouveau pour que chaque chrétien par un simple acte de foi, hérite de son héritage. Beaucoup de prédications mettent en avant de devoir être digne de Jésus, de se sanctifier, de se purifier…….c’est une méconnaissance de l’œuvre complète de Christ.

Ils prêchent la loi, mais la loi ne change personne. Paul dit : » Ô Galates insensés qui vous a ensorcelé …vous avez commencé par la foi et vous continuez par la loi… » Galates 3 verset 1 à 5.

Au début de ma vie chrétienne, je suis aussi tombé dans ce travers, jusqu’au jour où par la grâce de Dieu, j’ai compris que tout avait été accompli par Jésus et qu’il suffisait de le prendre par la foi.

Voyez ce passage de 1 Corinthiens 1 verset 30-31 Nous avons été placé par Dieu en Christ et il a été fait pour nous …Sanctification…

Paul va encore plus loin en disant : …Revêtez-vous de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience, d’amour. Colossiens 3 v 12 à 14

Il y a un manteau qui s’appelle miséricorde, ma prière alors est : Merci Seigneur, je me revêts de ce manteau de Miséricorde car il fait partie de cet homme nouveau.

Ce n’est pas faites des efforts pour devenir bons ou patient…

Il est très clair que le chrétien sous la loi ne peut pas changer, le seul moyen c’est de croire en la parole de Dieu et au moment même où je suis impatient de prendre avec foi cet habit qui s’appelle « patience de Dieu » de le poser avec conviction et foi sur moi et de vivre libre et heureux, que Jésus est entrain de l’accomplir.

Mes frères et sœurs, aujourd’hui il est simple d’avoir la victoire parce que Christ l’a depuis longtemps accomplit. C’est par la FOI que l’on entre dans cette réalité.

 

Jean IRION, Avançons dans la foi