Le Fruit Des Lèvres

Dans notre première méditation « Le pouvoir de la langue » nous avons vu que la langue a un pouvoir de construction et un pouvoir de destruction. Aujourd’hui je voudrais méditer avec vous sur l’impact de nos lèvres dans notre esprit, dans notre âme et dans notre corps. Nous trouvons dans le Proverbe 18 verset 8 ces paroles de Salomon : « les paroles du rapporteur sont comme des friandises elles descendent jusqu’au fond des entrailles. » Les mauvaises paroles du rapporteur nourrissent nos entrailles et dans le Proverbe 18 verset 20 il est dit :  « C’est du fruit de sa bouche qu’un homme rassasie ses entrailles », donc les bonnes paroles qui sortent de nos lèvres nourrissent nos entrailles. Les entrailles sont vraiment l’expression du fond de nous-même, je dirais alors que c’est de notre esprit dont il est question. Dans certaines traductions ce mot est traduit par « le corps » et nous pouvons penser aussi que les paroles ont un impact sur notre santé. 

Regardons de plus près quel est le sens du verbe rassasier, si l’on regarde l’original hébreu nous trouvons cette définition : (un désir satisfait, abreuver, enrichir, être accompli, à satiété.)

Dans la deuxième partie du verset 20, nous trouvons ceci :  « c’est du revenu de ses lèvres qu’il sera nourri », le revenu des lèvres pourrait se traduire également par une récolte, un gain.

Je vais vous relater un exemple du fruit des lèvres. Ceci est arrivé à mon épouse qui avait toujours entendu pendant sa jeunesse sa mère qui disait : « ferme la porte, il y a des courants d’air, tu vas tomber malade », c’est une confession négative. Lorsque nous avons acheté une voiture climatisée elle ne mettait jamais l’air conditionné, parce que cette parole lui revenait à l’esprit “Attention au courant d’air tu vas tomber malade” puis un jour, elle s’est dit pourquoi ? Non, je ne tomberai pas malade, elle a cru dans son esprit et confessa de ses lèvres puis elle a mis la climatisation en fonction et elle n’est jamais tombé malade à cause de ce courant d’air frais dans la voiture.

Nous confessons des paroles négatives, comme : je suis timide, je n’y arriverai pas, je ne suis pas intelligent, j’ai peur, j’ai toujours été comme ça…

Notre intérieur est nourri par la confession de nos lèvres et nous restons prisonniers de ce que nous disons de nous-même. 

Nous sommes appelés à être des serviteurs de Dieu et par nos bouches remplies des choses de Dieu nous sommes pleins de foi et nous accomplirons les œuvres que notre père nous réserve. Les pensées et les paroles du diable nous privent de cette vie abondante.

– Lors de la tentation de Jésus au désert notre Seigneur a confessé de sa bouche que sa nourriture est « Toutes paroles qui sort de la bouche de Dieu. » Voyez-vous, notre Seigneur pratiquait Proverbes 18 /20, ses lèvres confessaient les paroles de Dieu. Jésus obéissait, lui la parole de Dieu incarnée.

– Hébreux chapitre 13 verset 15 : La louange est le fruit des lèvres. Quand je loue Dieu mon esprit est en contact avec Dieu, mon esprit est nourri, je loue Dieu pour tout ce qu’il m’a donné :

– Je suis d’accord avec toi Seigneur, ce n’est pas parce que tout va bien que je te remercie, ma bouche te loue toi, pour ta fidélité, pour ton amour…

Quand nous prions en langue, nos lèvres racontent les merveilles de Dieu et notre esprit est édifié.

– La Parole qui sort de notre bouche doit toujours être remplie de foi. Lorsque Dieu planait sur le chaos nous trouvons ceci dans Genèse, la parole est sortie de Sa bouche et la parole a créé l’ordre. Dans Jean chapitre 1, nous voyons que Jésus est la Parole et que la Parole a tout créé, voyez l’importance des lèvres qui confessent la vérité, l’amour, le pardon, la compassion, la foi, voyez-vous la création qui peut sortir de nos lèvres ?

– Dans l’évangile de Luc chapitre 4 verset 22 nous trouvons: « Des paroles pleines de grâce sortaient de sa bouche. » Nous voyons qu’il y a une grande différence entre les personnes légalistes (prêchant et pratiquant la loi) et les enfants de Dieu qui ne jugent pas, Jésus ne condamnait personne.

– Ephésiens 4/29 nous dit que: ”la parole doit être édifiante, elle fait du bien” le fruit de nos lèvres doit être édifiant pour nous-même et pour les autres.

– Esaïe 6/1 nous parle des chérubins qui de leurs bouches criaient “Saint, saint, saint est l’Eternel, toute la terre est remplie de sa gloire.” Ces anges remplis de la vision de Dieu ne confessaient que la vérité, ils ne confessaient rien de négatif, pourquoi ? Parce qu’ils voyaient la réalité; Eh bien nous, nous pouvons aussi voir cette réalité à travers la foi que le Seigneur va nous communiquer !

Nourrissons-nous des paroles de Dieu et avec nos lèvres confessons la vérité selon Dieu, arrêtons de laisser notre langue parler sans foi, sans grâce, sans amour selon l’homme naturel.

Soyez renouvelés.

Avançons dans la foi
Jean IRION

Le pouvoir de la langue

Je voudrais méditer avec vous aujourd’hui à propos de la puissance ou du pouvoir qu’a notre langue dans nos relations avec les autres et quel est l’impact positif ou négatif de nos paroles.

Vous connaissez certainement dans Jacques le chapitre 3 qui concerne la langue. L’apôtre Jacques a consacré un chapitre sur le pouvoir de la langue dans nos relations avec autrui. Il dit au verset 4 que la langue est ce petit gouvernail qui mène tout le bateau et il ajoute que même s’il y a des vents violents ce petit gouvernail est capable de résister et de mener ce grand navire. Il dit également que la langue dirige tout le corps.

  • Quelle est cette allumette capable de mettre le feu à une grande forêt ?
  • Combien de feu allume-t-elle dans les couples ?
  • Combien de divisions a-t-elle créé dans l’église et ailleurs?

Autant elle est capable de créer la discorde autant son pouvoir est grand dans l’édification, les miracles, les encouragements, les restaurations de l’âme, les chants de louanges et d’adoration….

– Lorsque j’étais professeur, je posais un jour à mes élèves (ils étaient en difficulté scolaire) cette question: – Pourquoi pensez-vous que vous êtes nuls dans votre scolarité ? Ils m’ont tous répondu : C’est parce qu’on nous a dit que nous étions nuls ! Je leur ai alors demandé : – Qui vous a dit cela ? Et j’ai demandé à chacun, quelle est la personne qui a osé affirmer cela ? J’écoutais leur réponse la mort dans l’âme ! Les uns après les autres ils ont pris la parole, l’un a dit c’est mon père, l’autre mon professeur, l’autre c’est ma mère, etc… TOUS ont été blessés par le pouvoir de la langue. TOUS étaient en grande difficulté scolaire par le pouvoir de la langue, leur vie, tel un bateau prenait une mauvaise direction.

Regardons maintenant ensemble ce que le Seigneur a révélé à Salomon dans le Proverbe 15 au verset 4: Une langue douce est comme l’arbre de vie; mais une langue perverse est comme le vent qui détruit tout.
Si nous prenons l’original Hébreu nous y voyons une perle que certaines traductions n’ont pas relevée.
Le mot “douce” (en hébreu « Marpe’ ») serait en réalité mieux traduit par: remède, guérison, santé, salutaire, rétablir, panser une plaie, assainir de l’eau… car ce mot a sa racine dans un mot (en hébreu « Rapha’ ») qui signifie guéri.
Nous voyons ainsi la puissance de ce mot « Marpe’ » qui est attribuée aux paroles de notre bouche.
Salomon dit ensuite que c’est un arbre de vie ; L’esprit de Jésus, le Saint-Esprit peut créer et donner la vie, la guérison par ce qui sort de notre bouche, la guérison de l’âme peut sortir de notre bouche, la paix, l’amour, la réconciliation. La sagesse, dont parle Jacques à la fin du chapitre 3, s’exprime par la langue; 
La sagesse d’en haut est premièrement pure puis paisible, modérée, conciliante, pleine de miséricorde, et de bons fruits, sans dissimulation, sans hypocrisie.
Nous comprenons alors que le pouvoir de notre langue est immense, bien malheureusement la langue a aussi un pouvoir de destruction comme il est écrit à la fin du verset 4 de proverbe 15: Une langue perverse est comme un vent qui brise tout.
Le mot hébreu à l’origine de la traduction “perverse” peut prendre les sens suivants: Corrompre, faire tomber quelqu’un, malfaisante, méchante, cruelle, causer la ruine…

Combien de disputes sont à l’origine d’une mauvaise parole ? 
En tant que disciple de Jésus nous ne devons plus accepter que notre bouche soit méchante, qu’elle cause la ruine.
Certains me diront : ”Mais je veux que ma langue bénisse, je ne veux plus juger, je ne veux plus dire des choses qui blessent… mais c’est plus fort que moi, j’étais emporté malgré moi ” 

Mes frères et sœurs, il y a un remède contenu dans la Parole de Dieu, je voudrais vous l’exprimer en quelques mots, cela se trouve dans Romains chapitre 6, versets 6 et 7. Nous y trouvons cette déclaration sans équivoque:
Sachant que Notre vieil homme a été crucifié avec lui afin que la puissance du péché soit détruite et que nous ne soyons plus esclave du péché, celui qui est mort est libre du péché. 

Voici cette bonne nouvelle, notre vieil homme a été crucifié avec sa langue aussi, notre langue est passée par la mort en Christ, c’est pourquoi celui qui vit la nouvelle vie par la foi a laissé le vieil homme là où il est, c’est-à-dire dans la mort. Donc la puissance mauvaise de notre langue a été vraiment vaincu et au verset 11, il est dit : « vous aussi considérez-vous comme mort au péché et comme vivant à Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur » et au verset 13 « ne livrez pas vos membres au péché pour être des instruments d’iniquité mais donnez-vous à Dieu comme de mort étant devenu vivant et consacrez vos membres à Dieu pour être des instruments de justice »

Etant passé par la mort, nous sommes donc vivant en Christ et la puissance du péché (de la langue) a été vaincue, aujourd’hui je ne suis plus dominé par ma langue, je peux offrir ma langue comme un instrument dans les mains de Dieu, je peux dire NON à ma langue et ceci, nous pouvons le vivre par la foi en Jésus-Christ. Si nous essayons de maîtriser notre langue, nous allons échouer, mais si nous croyons à la puissance de Christ en nous, si nous croyons en cette nouvelle vie par la foi, nous allons voir s’accomplir un changement opéré par le Saint-Esprit, non pas par notre force, mais uniquement par le Saint-Esprit.

Je donnais récemment cette image : Met devant toi une vieille paire de chaussures et une nouvelle paire. Au moment où ta langue est prête à pécher, c’est comme si tu vas mettre tes vieilles chaussures, alors enlève les et met tes nouvelles chaussures. En résumé, après avoir reçu la victoire par la foi, tu es enfin capable de dire NON.

 Si vous voulez méditer au sujet du vieil homme : https://avancons-dans-la-foi.com/reunions-en-audio-mp3 et du nouvel homme: https://avancons-dans-la-foi.com/reunions-en-audio-mp3.

Ces deux enseignements sont les bases d’une vie chrétienne victorieuse.

Avançons dans la foi

Jean IRION

Ecouter la voix de Jésus

Je voudrais méditer avec vous aujourd’hui, comment reconnaître et entendre la voix de Dieu. Ce qui est important pour notre marche c’est d’entendre la voix de Dieu pour le suivre.

Nous pouvons tout d’abord lire dans l’évangile de Jean chapitre 10 versets 2 à 5 

”Celui qui entre par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre et les brebis entendent sa voix; il appelle ses propres brebis par leurs noms et les mène dehors et quand il a mené dehors ses propres brebis, il marche devant elles et les brebis le suivent parce qu’elles connaissent sa voix”.

Ce qui est important pour notre marche c’est d’entendre la voix de Dieu pour le suivre. Dans cette parole, Jésus se montre comme le véritable berger. Les brebis entendent sa voix et reconnaissent naturellement leur berger. Elles font la différence entre la voix des étrangers et celle de leur unique berger. Cela paraît évident pour nous qu’un bébé reconnaisse la voix de sa mère et soit immédiatement rassuré. Parce que l’enfant de Dieu est né de Dieu, il est ”né de nouveau” et cela est spirituel, c’est-à-dire que la naissance n’est pas une naissance physique, naturelle, humaine, mais une naissance d’en haut, nous avons donc reçu de la part de Dieu un esprit nouveau et cet esprit est en contact avec l’Esprit de Dieu et cet esprit reçoit les choses de Dieu, comme la foi, l’assurance du salut, différentes paroles de Dieu comme un encouragement, la certitude de la guérison, une prophétie et bien d’autres….

Nous pouvons nous poser ces questions :

– Où reçoit-on les paroles de Dieu et comment être sûr que ce sont les paroles de Dieu ?

La première réponse, c’est que cela est toujours conforme à la parole de Dieu écrite « La Bible ».
La deuxième réponse, c’est que la voix de Dieu est dans l’homme intérieur, c’est-à-dire l’esprit, et que l’Esprit témoigne en premier lieu dans notre vie que nous sommes enfants de Dieu et cela est toujours conforme à la parole de Dieu écrite.

Romains 8 verset 16:

« L’esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »

C’est l’assurance du salut qui vient lors de notre conversion. Il y a donc quelqu’un qui témoigne en nous, mais pas dans notre âme, pas dans nos sentiments ou notre intelligence. L’intelligence n’est alors qu’un outil qui nous permet de mettre en clair ce que nous avons reçu dans notre esprit. Le chrétien devrait s’exercer pour écouter ce qui se passe dans son esprit. « L’esprit de l’homme est la lampe de l’éternel »

Dans 1 Corinthiens chapitre 3 verset 16, nous lisons :

« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous. »

Dieu habite en nous par son esprit, il demeure avec nous et nous conduit dans la vérité. Par son esprit qui nous parle, comme Jésus marche devant ses propres brebis et les conduit dans de verts pâturages, près des eaux paisibles, nous pouvons entendre sa voix au fond de notre esprit, et plus nous apprenons à l’écouter et à obéir plus nous serons sensibles à sa voix en nous.

Nous ne sommes plus sous l’ancienne alliance où les oints de Dieu étaient les porte-parole et conduisaient le peuple.

Il est important comme le dit Jésus de le suivre « mes brebis entendent ma voix et me suivent », le verbe suivre en grec est composé d’une particule qui veut dire « en union avec » et du mot « route » donc cela pourrait se traduire par : Uni sur la même route. 

 Les différentes traductions du mot « suivre » sont celles-ci :

  • Se joindre comme un disciple
  • Accompagner
  • Suivre celui qui précède
  • Devenir disciple, faire partie de son groupe

Alors, je dirais que suivre c’est : “Mettre nos pieds dans les mêmes pas que ceux de Jésus”

Nous pouvons être conduits par l’Esprit, si nous apprenons à écouter la voix divine dans notre homme intérieur pour véritablement lui obéir. Cultivons cette relation d’écoute, faisons progresser notre esprit dans l’écoute et l’obéissance immédiate, nous sommes souvent pressés et nous n’écoutons plus, puis nous faisons des choix et les regrettons.

Un jour nous devions acheter un auvent pour notre caravane, j’ai cherché un auvent d’occasion que j’ai trouvé à 300 km de chez moi. Ma femme et moi sommes partis, j’étais pressé, je n’ai même pas pris le temps de parler à Dieu. Nous sommes arrivés à Paris et le vendeur nous a montré son auvent plié correctement. Je lui ai alors posé la question : Est-ce que c’est vraiment le bon modèle pour ma caravane ? Il m’a certifié que oui. Mais j’avais un malaise au fond de moi, ma femme ne disait rien. Nous l’avons acheté et sommes partis en voiture, quelques minutes après avoir quitté le vendeur j’avais la certitude en moi que ce n’était pas le bon, je posais alors la question à ma femme et elle me dit qu’elle-même pensait que ce vendeur nous avait trompé, mais me faisant confiance elle n’avait rien dit. Arrivés à la maison, je l’ai déballé puis monté et me suis aperçu qu’il manquait environ 30 cm de hauteur.

Ceci est un exemple de quelqu’un de pressé qui n’écoute pas Dieu, qui ne prend pas le temps d’écouter la conviction intérieure, cette petite voix intérieure, ce témoignage.

C’est pourquoi, il nous faut apprendre à écouter la voix divine, faire progresser notre esprit dans l’écoute et l’obéissance. « Mes brebis entendent ma voix et me suivent »

– La deuxième question trouve sa réponse dans nos propres pensées, nos intérêts personnels, suivons nous Jésus ou notre âme, nos sentiments, notre logique ?

 Il est dit dans Jean 8 verset 12 « Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » Si nous le suivons, laissant nos intérêts, nos craintes, nos raisonnements l’esprit nous communique des certitudes et nous engageons notre foi. C’est comme quelque chose en soi-même qu’on ne peut pas prouver mais qui est tellement réel ! Cela produit de la lumière en nous-même, de la vie et cela est facilement reconnaissable.

Par exemple : Vous écoutez quelqu’un prophétiser ou prêcher ! Est-ce que cela produit de la vie, de la paix, une foi grandissante, une proximité avec votre Père céleste ? Car il est dit dans la parole « La prophétie exhorte, console, édifie »

Si maintenant c’est moi qui parle ou reçois une parole que je crois être de Dieu ; Qu’est-ce que cela produit en moi-même ? Il y a toujours ce témoignage intérieur qui nous conduit dans la vérité. Alors soit j’ai cette paix et je persévère, soit il y a une forme de tristesse qui s’installe et il ne me reste plus qu’à obéir et à me rétracter.

C’est l’exhortation que je voudrais vous laisser à vous qui avez reçu Jésus-Christ dans votre cœur et qui voulez marcher à sa suite.

 

Avançons dans la foi
Jean IRION  

 

Jésus est la porte

(Evangile de Jean chapitre 10 versets 1-14)
Je voudrais méditer avec vous dans le Chapitre 10 de l’évangile de Jean.

Au verset 7 et 9 Jésus se présente à nous, il dit de lui-même :
« Je suis la porte des brebis »
« Je suis la porte si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé »
il s’oppose à tous ceux qui se nomment des conducteurs, il dit de ces gens « Ce sont des malfaiteurs parce qu’il n’entre pas par la porte » le seul qui doit entrer par la porte c’est le berger des brebis. Les brebis reconnaissent sa voix, il appelle ses propres brebis par leur nom et les conduit dehors vers des lieux paisibles. Jésus dit, que celui qui n’entre pas par lui et qui veut mener les brebis dehors est un malfaiteur, le seul qui veuille du bien aux brebis, c’est le berger, il se nomme lui-même au verset 11 « Le Bon Berger »

Une porte c’est la séparation entre deux pièces ou la séparation entre l’intérieur et l’extérieur d’une maison, je crois que la porte du ciel c’est Jésus , je crois que la porte du salut c’est Jésus, je crois que la porte de la bénédiction c’est Jésus lui-même, je crois que la porte de la guérison c’est Jésus, je crois que la porte de la délivrance c’est Jésus, je crois que la porte de la bonne doctrine c’est Jésus lui-même et on comprend fort bien maintenant que si l’on ne passe pas par cette porte nous manquons tout le royaume de Dieu.

Par cette porte nous devenons enfant de Dieu et nous sommes sauvés, si tu penses que le salut est dans une religion ou un homme tu ne passes pas par la bonne PORTE.

Si quelqu’un prêche et qu’il ne t’emmène pas à Jésus, il te conduit à pratiquer des rites, des actes pour te purifier, pour atteindre Dieu, s’il te fait regarder à toi-même, s’il met une condamnation sur toi et bien Jésus dit de lui : « C’est un malfaiteur, il ne se soucie pas de toi » si l’on prêche que la guérison est le fruit d’une vie sainte et que la guérison doit être méritée Jésus dit de lui « C’est un malfaiteur » cette prédication ou cet enseignement n’est pas biblique. Si tu dois pratiquer une religion pour être sauvé, celui qui t’enseigne est un malfaiteur !

Nous voyons par exemple dans l’Évangile que Jésus ne demandait rien à personne au sujet de son état moral et spirituel, il guérissait simplement celui qui venait à lui dans la foi, donc ceux qui passaient par la porte étaient tous guéris. Le Seigneur Jésus est la seule porte du ciel, si aujourd’hui tu es dans l’incertitude d’être sauvé, c’est que tu n’es pas passé par la bonne porte. Rien de plus simple pour entrer dans le royaume de Dieu que de passer par la porte dans la foi en DIEU, c’est-à-dire par le sacrifice de Jésus pour toi, peut-être tu fais partie d’une église depuis fort longtemps, que tes parents allaient régulièrement dans cette église, tu viens aux réunions, mais tu as le sentiment qu’il te manque quelque chose ; Il te manque une vie nouvelle, parce que tu as seulement adopté des principes moraux, tu es honnête et sincère dans toutes tes démarches mais il te manque une chose : Ce que Jésus a dit à Nicodème « Si tu ne naît pas de nouveau, tu ne peux pas rentrer dans le royaume de Dieu » La nouvelle naissance c’est passer par cette porte, tu peux dire à Jésus cette prière toute simple :

« Aujourd’hui Seigneur Jésus, je te reconnais comme la seule porte du ciel, qui mène au salut, pardonne-moi toute ma vie passée, efface tous mes péchés et fait de moi une nouvelle personne, merci Seigneur, parce qu’aujourd’hui tu m’as adopté comme ton fils (ou ta fille) et que je suis maintenant un enfant de DIEU sauvé, AMEN. »

Quoi de plus simple que de passer par une porte, c’est quand même extraordinaire que Jésus le Fils de Dieu, Dieu lui-même, se présente à nous comme une simple porte.

Jésus dit : « Si vous ne devenez comme des enfants vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » Et je voudrais ajouter pour finir : Quel que soit ton besoin, spirituel, affectif, physique ou matériel, tu peux passer par cette porte. Simplement par la foi.

Avançons dans la foi Jean IRION

Le nouvel homme.

Comment ne plus vivre dans l’échec par rapport à mon caractère insupportable ? Mes agissements ne sont pas du tout celui d’un chrétien, comment changer ? Comment se revêtir chaque jour de la victoire ? Finalement comment changer de vie ?

Ce sont ces questions qui minent la pensée de beaucoup dans le peuple de Dieu. Sans des réponses précises quelques-uns abandonnent la foi, se découragent et vivent une vie de tristesses et de luttes incessantes ou même une vie d’hypocrisie.

La parole nous a été donnée pour nous conduire à une victoire totale, dans un article nommé : « Ce n’est que le vieil homme » Je vous invite à le lire, il est décrit ce qu’est mon ancienne nature qui ne peut obtenir aucune victoire. Aujourd’hui je souhaite continuer cet article par ce que la Bible appelle : « Le nouvel homme » Toute victoire vient de ce que CHRIST a accompli, toute la parole de Dieu nous conduit dans la révélation de ce que Jésus a fait pour les hommes. Accepter par la foi ce qui a déjà été accompli est le seul chemin de toutes victoires.

Prenons ce passage merveilleux de Ephésiens 4 v 22 «… vous avez été instruit à vous dépouiller du vieil homme…à vous renouveler dans votre mentalité, dans votre compréhension par l’action du Saint-Esprit en vous et à vous revêtir du nouvel homme qui a été créé par Dieu à sa propre image… »

 

Le chemin de la victoire passe par trois étapes :

  1. Le mot dépouiller est très significatif, il veut dire : « Priver une personne de ce qui lui appartient, cela peut être physique, moral ou matériel » ; Par exemple : un serpent se dépouille de sa peau chaque année, le soldat peut être dépouillé de ses biens étant mort sur le champ de bataille. Je peux donc dépouiller quelqu’un qui est mort parce qu’il ne peut réagir et lutter contre moi, il n’a plus de force. Le vieil homme est comme cette enveloppe morte dont la puissance a été détruite. Reniant par la foi, cette ancienne nature en moi, je la dépouille de ce qui la caractérisait. Je lui enlève ses biens. Article Ce n’est que le vieil homme.

  2. Il me faut être renouvelé dans mes pensées. Renouvelé pour pouvoir concevoir au-delà de mes limites, renouvelé pour connaître cette nouvelle nature que Dieu a créée et qu’il met devant moi afin que je la saisisse par la foi. La parole de Dieu illumine mes pensées, elle me régénère, elle accomplit une œuvre et sépare de moi ce qui est faux dans mes pensées, elle met en lumière tout ce que Jésus a fait pour moi, elle crée la foi et l’assurance que la puissance est en Dieu. 1Pierre 1 verset 23.
    J’ai un jour fait cette expérience, je lisais dans la parole « Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir » et je m’étonnais parce que moi j’ai plus de joie à recevoir ! Cela m’a interpellé et j’ai dit à Dieu : « Eh bien, Seigneur je suis d’accord que tu renouvelles mes pensées et ma façon de vivre. » Le Seigneur m’a parlé dans le cœur par cette simple phrase : « Passe en deuxième dans toutes tes relations. » J’ai dit d’accord, et je me suis aperçu que c’était très simple et facile.
    Dieu venait de me renouveler, et j’ai simplement pratiqué dans la foi le dépouillement du vieil homme.


  3. Se revêtir est ce que le chrétien oubli de faire le plus souvent.
    – Il se repent de ses péchés,
    – il passe du temps devant Dieu, cherche sa volonté.
    – il ne se revêt pas du nouvel homme.
    Il entreprend lui-même un travail de changement comme pour arracher ce qui est collé à sa peau, mais en vain car il s’aperçoit de la vérité de ce proverbe : « Chasse le naturel et il revient au galop »

Se revêtir est acte de foi :

Je suis convaincu que le seigneur a préparé cet homme nouveau pour que chaque chrétien par un simple acte de foi, hérite de son héritage. Beaucoup de prédications mettent en avant de devoir être digne de Jésus, de se sanctifier, de se purifier…….c’est une méconnaissance de l’œuvre complète de Christ.

Ils prêchent la loi, mais la loi ne change personne. Paul dit : » Ô Galates insensés qui vous a ensorcelé …vous avez commencé par la foi et vous continuez par la loi… » Galates 3 verset 1 à 5.

Au début de ma vie chrétienne, je suis aussi tombé dans ce travers, jusqu’au jour où par la grâce de Dieu, j’ai compris que tout avait été accompli par Jésus et qu’il suffisait de le prendre par la foi.

Voyez ce passage de 1 Corinthiens 1 verset 30-31 Nous avons été placé par Dieu en Christ et il a été fait pour nous …Sanctification…

Paul va encore plus loin en disant : …Revêtez-vous de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience, d’amour. Colossiens 3 v 12 à 14

Il y a un manteau qui s’appelle miséricorde, ma prière alors est : Merci Seigneur, je me revêts de ce manteau de Miséricorde car il fait partie de cet homme nouveau.

Ce n’est pas faites des efforts pour devenir bons ou patient…

Il est très clair que le chrétien sous la loi ne peut pas changer, le seul moyen c’est de croire en la parole de Dieu et au moment même où je suis impatient de prendre avec foi cet habit qui s’appelle « patience de Dieu » de le poser avec conviction et foi sur moi et de vivre libre et heureux, que Jésus est entrain de l’accomplir.

Mes frères et sœurs, aujourd’hui il est simple d’avoir la victoire parce que Christ l’a depuis longtemps accomplit. C’est par la FOI que l’on entre dans cette réalité.

 

Jean IRION, Avançons dans la foi

Ce n’est que le vieil homme !

Comment peut-on être délivré de cette nature qui nous pousse dans le péché ?
Comment notre caractère peut-il changer ?

Ce sont là des questions qui reviennent souvent dans la pensée des hommes.

Paul nous dit dans Romains 6 versets 6 et 7

« Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que la puissance du péché soit détruite, et que nous ne soyons plus asservis au péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché. »

Jésus n’est pas seulement mort pour le pardon de nos péchés, il est mort pour ensevelir avec lui dans la crucifixion la puissance qui nous tenait esclave. Le vieil homme, c’est cet homme naturel qui est mort à la croix. Paul utilise une autre analogie en disant dans Colossiens 3 verset 11

« En lui vous avez été circoncis d’une circoncision sans la main humaine, en dépouillant le corps (puissance) des péchés de la chair ce qui est la circoncision de Christ »

Là encore, Paul nous dit que la puissance du péché a été coupée de notre chair comme quand les juifs coupaient un petit bout de peau. Ici nous voyons que c’est uniquement l’acte de Christ.

Et dans Colossiens 3 verset 12

« Ayant été enseveli avec lui par le baptême, en lui aussi, vous êtes ressuscité par la foi… »

Paul utilise quatre termes : Crucifié, enseveli, mort et circoncis. Ceci veut dire pour nous qui croyons en Jésus-Christ, qu’à la croix Dieu nous a inclus dans son fils afin que la mort que Jésus a vécu s’étende à toute l’humanité, parce que Dieu voulait résoudre le problème de la nature humaine qui ne peut pas lutter et avoir la victoire contre le péché ;

Il fallait donc que l’homme meurt, parce qu’un homme mort ne peut plus être tenté ni être dominé par le péché. Si nous insultons un mort, il ne réagira pas, si nous lui promettons tout l’or du monde, il ne sera pas tenté, il est libre.

C’est par la foi en cet acte accomplit par Christ ; Il y a 2000 ans, Dieu le père m’a placé en Christ sur cette croix, je suis mort, mon vieil homme a été réduit à l’impuissance. 1 Corinthiens 1 versets 30-31

Croyons que cela a été parfaitement accomplit lors de la mort de Jésus. Dieu nous demande simplement avec foi de nous considérer comme des morts au péché. Romains 6 v 11

« Vous aussi, considérez-vous comme mort au péché »

Par cette confession, je déclare que le péché a été vaincu par Christ et je ne suis plus son esclave, je ne suis plus obligé de le servir « et que nous ne soyons plus asservis au péché » Romains 6 . Je suis donc maintenant libre de vivre pour Jésus ayant un nouveau maître, cet ancien maître a perdu tout droit sur moi, je suis libre de servir mon Seigneur. C’est là, la vie nouvelle et la promesse d’une vie pleine du fruit de la sainteté. Romains 6 v22

  

Mon témoignage:

Il y a quelques années j’ai expérimenté cette vérité. Il y avait en moi un caractère très moqueur ce qui blessait souvent mes amis et ma famille, je le regrettais après coup, mais le mal était fait. J’essayais de me corriger mais en vain, ceci a duré des années, puis un jour ou cela m’est devenu insupportable, j’étais désespéré, j’y pensais et cherchais la victoire ; ma femme s’est approchée de moi et avec son esprit bienveillant m’a dit : « Mais Jean, ce n’est que le vieil homme ! »

Je l’ai regardé et tout à coup une lueur d’espoir m’a traversé la pensée et je me suis dit :

 « Mais alors, le vieil homme comment est-il vaincu ?

 Comment Dieu a-t-il traité mon problème ? »

C’est à ce moment que ces passages de la Parole se sont éclairés pour moi.

Je me suis considéré par la foi, comme mort à la moquerie et vivant pour Jésus. En cet instant la victoire a été instantanée, effectivement comme le dit la Parole, la puissance du péché a été détruite.

Mes frères et sœurs, aujourd’hui il est simple d’avoir la victoire parce que Christ l’a depuis longtemps accompli. C’est par la FOI que l’on entre dans cette réalité.

 Jean IRION Avançons dans la foi  (Suite)  « Le nouvel homme »

 

Les yeux de l’épouse

Dans le plus beau des cantiques, le plus beau des chants d’amour, qui a été chanté par celui qui est au-dessus de tous les rois, le Seigneur Jésus lui-même, l’épouse est décrite d’une façon admirable.
Le Seigneur veut que nous ouvrions notre cœur aux paroles merveilleuses de ce chant. Il est chanté pour toi et pour moi, pour l’épouse, Israël et l’église.

Je voudrais aujourd’hui méditer avec vous le chapitre 4 verset 1;

“Tes yeux sont des colombes derrière ton voile
Remarquez qu’il est dit que les yeux de l’épouse sont des colombes et non pas “comme ceux des colombes”
(Je méditerai sur le voile dans un prochain article)
Quelles sont donc les qualités ou le caractère ou la façon d’être de cet oiseau ?
Jésus lui-même nous dit :
”Soyez simple comme des colombes”

La simplicité issue du terme grec (akairos) est définie par:

                    L’innocence, quelqu’un de non mélangé (comme le vin),
                    Pur, libre d’artifice, esprit sans mélange de mal.

En voyant une telle définition on ne peut s’empêcher de l’associer à ce qu’est un enfant, peut-être est-ce pour cela que Jésus a dit : « Si vous ne devenez comme des enfants vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu. »
Devenons simples comme de petits enfants, gardons précieusement cette qualité car le Seigneur lui-même est ainsi.
Voici d’autres caractéristiques de la colombe: 

     Fidèle     

La colombe est fidèle, lorsque le partenaire meurt elle ne s’accouplera plus jamais avec un autre partenaire. Nous voyons la fidélité dans le caractère de l’épouse.

        Pur       

La Colombe est un symbole de pureté d’âme.
Le blanc exprime quelque chose de non souillée (pas de mélange).

Ce symbole a été usurpé par beaucoup de mouvements, de religions, de doctrines, qui ont adopté le symbole de la colombe afin de donner confiance aux gens que ceci était bon.
(Je suis allé en Union Soviétique pendant la guerre froide, j’y ai vu des immenses colombes qu’on avait peintes sur des immeubles.)

Lors du baptême de Jésus-Christ la colombe descendit sur Jésus symbolisant la venue de l’esprit sur le Fils de Dieu. N’est-ce pas merveilleux de voir que le Saint Esprit est aussi doux que la colombe c’est pour cette raison que Jésus l’appel le consolateur, il console l’épouse car l’époux lui a été enlevé mais il va bientôt revenir.

Au chapitre 5 verset 12 il est écrit, en parlant du Bien-Aimé: ”Ses yeux sont des colombes aux bords des ruisseaux”

Ainsi comme l’épouse a le même parfum que l’époux, il en va de-même de son regard. L’épouse regarde comme l’époux. Le Bien-Aimé dira même Au chapitre 4 verset 9:

 “Tu me ravis le cœur par l’un de tes regards” “Tu me transportes de joie par l’un de tes regards”

Il y a tellement à dire sur le regard, je vous livre quelques passages:

  • Jésus ne regarde pas selon l’apparence des hommes.
  • Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.
  • Regardez les autres avec humilité.
  • Jésus n’a pas regardé comme une proie à arracher d’être égal à Dieu
  • Laissez-vous attirer par ce qui est humble.
  • Qu’il illumine les yeux de votre cœur.

Le regard est l’expression du cœur, qui y a-t-il dans notre cœur ? Si l’épouse aime l’époux elle deviendra ce qu’il est, seul l’œuvre de l’esprit de Dieu en nous, nous rendra tel qu’il est.
Je vous exhorte à laisser le Seigneur faire cette bonne œuvre dans votre cœur.
Je vous invite à croire et saisir les bonnes paroles de ce chant car il est chanté par le Bien-Aimé pour son épouse.

J’ai souvent expérimenté mon impuissance à changer mon cœur, C’est par la foi et en le regardant lui qu’il se passe un miracle durable. Comme il est dit : « Ayant les regards fixés sur le seigneur Jésus »

Avançons dans la foi   Jean IRION

Le parfum de l’épouse

Le Cantique des cantiques a été écrit par le roi Salomon mais bien sûr inspiré par le Roi des rois. C’est le plus beau des cantiques, le plus beau des chants d’amour, il a été chanté par celui qui est au-dessus de tous les rois, le Seigneur Jésus lui-même.
Il est chanté pour toi et pour moi, pour l’épouse, Israël et l’église.
Je voudrais méditer aujourd’hui avec vous le chapitre 1 verset 12; 
Pendant que le roi est dans son entourage, mon nard exhale son odeur.
Telle est la déclaration de l’épouse!
Le roi c’est bien sûr l’époux dont il est parlé dans la parabole des dix vierges et dans de nombreux autres passages. Cet époux est dans son lieu, le mot hébreu signifie quelque chose de rond, j’y vois l’assemblée des croyants, le lieu où il règne, sa maison, son Église sans exclure son Israël bien évidemment.

L’épouse dit : ”mon nard exhale”. Le nard est un Parfum de grand prix, précieux, utilisé d’après certains le jour du mariage, ce parfum est issu d’un rhizome, donc la racine du roseau aromatique.

L’évangile de Jean nous relate d’ailleurs cette histoire où Marie la sœur de Marthe casse son petit vase de parfum pour le répandre sur les pieds de Jésus.
Ce parfum était très précieux pour une jeune fille, elle le réservait pour son Union avec l’époux, cela représente énormément.
Cette racine est cachée dans la terre, la racine est dans les profondeurs de l’invisible telle notre âme que seul Dieu voit. Le Seigneur sent le parfum de notre âme, lui seul voit notre amour.
« Son odeur. »
Donc l’épouse exhale un parfum, il est dit que ce n’est pas son parfum, c’est l’odeur de l’époux. L’épouse est imprégnée du parfum de Christ. Comment pouvons-nous exhaler le parfum de Christ ? Parce que nous le connaissons, mais non avec notre intelligence, non avec nos œuvres, non avec notre chair, c’est un parfum qui est le résultat de notre communion avec notre Sauveur Jésus-Christ notre époux. C’est le parfum de l’œuvre de Christ pendant toutes ces années où dans la foi et l’obéissance nous nous laissons façonner à l’image du fils de Dieu.

Dans le Cantique des cantiques il est mentionné « le parfum » 9 fois, nous voyons au chapitre 4 verset 12 à 17 que l’épouse, la bien-aimée est un jardin fermé aux étrangers, elle répand un parfum pour son bien-aimé et un vent souffle dans ce jardin pour répandre ces odeurs vers l’extérieur c’est-à-dire vers le monde, pour que ce monde connaisse qui est Jésus, qui est l’époux.

Il est temps de comprendre que l’époux revient bientôt, il revient chercher son épouse. Depuis le commencement il connaît son épouse, il est venu donner son sang pour la racheter et pour l’épouser pour la retrouver, elle lui manque.  Est-ce que Jésus te manque ?

Soyons conscient de la grande valeur que nous avons dans le cœur du Fils de Dieu, ne soyons pas comme les vierges insensées, elles ont perdu de vue l’époux, l’huile leur a manqué, elles ont perdu le zèle, le véritable sens de leur vie, elles se sont retrouvées dehors.
Soyons comme les vierges sages, le Sauveur a pu construire une image de lui-même en elles.
Elles avaient cette lumière, elles ont brillé jusqu’à la fin, elles ont ressemblé à Jésus, elles avaient le même parfum que l’époux.
Jean a dit « Nous seront semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est »

Avançons dans la foi
Jean IRION

Voir selon la perspective de Dieu

COVID-19 et les temps de la fin. Nous avons besoin d’avoir la vision de Dieu sur les situations de notre vie selon la perspective du Seigneur.

Corrie Ten Boom nous parle de son expérience.

Avez-vous une tâche impossible à accomplir ?
Le Seigneur vous a-t-il dit de le faire ?
Alors allez de l’avant !

Lorsque nous prions, nous passons du domaine de notre incapacité dans celui de Dieu. Il est vainqueur et nous rend plus que vainqueur. Il n’est pas mauvais que nous nous sentions faibles si notre incapacité est une réalité pour nous. C’est précisément le moment où le Seigneur opère des miracles.

Paul dit: ”quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.” 

J’ai lu ceci un jour dans une lettre circulaire: « Si nous affirmons que le Seigneur peut se servir de nous, nous ne devrions pas être surpris d’être parfois confronté à des situations impossibles (il est important que nous arrivions à cet état de faiblesse et de dépendance) ».

Abandonnez-vous totalement à lui. Celui qui a commencé en vous une bonne œuvre la mènera à son terme ce jour-là, le jour de son retour. En tout ce que vous faites, continuez à regarder dans la bonne direction, c’est très important. Je dis souvent: ”Levez les yeux continuellement et en même temps agenouillez-vous.”

Un jour j’ai rencontré une missionnaire désespérée parce que des chrétiens étaient tués près de sa maison. Je lui ai dit: ”Considérez les tempêtes et les événements terribles autour de vous depuis la perspective d’en haut, depuis les domaines célestes où la victoire de Jésus est la plus grande réalité”. Ceci n’est possible que par le Saint-Esprit.

Même si s’était terrible dans ce camp de concentration en Allemagne, nous pouvions nous appuyer sur le fait que Dieu n’avait pas de problème, seulement des plans. Il n’y a pas de panique au ciel ! Par la foi seule, on peut s’appuyer sur cette réalité car à cette époque, et souvent maintenant, il semble que ce soit le diable le vainqueur. Mais Dieu est fidèle et ses plans ne connaissent pas d’échec ! Il connaît l’avenir et le chemin sur lequel nous devons marcher.

Watchman Nee a déclaré que s’abandonner au Seigneur, c’est opérer un revirement de 180 degrés, c’est-à-dire devenir :

Une personne renouvelée avec une vision renouvelée.

Cette vision c’est : Jésus, le Seigneur.

Regardez au Seigneur et vous verrez les difficultés depuis SA perspective. Il est dit dans 2 Corinthiens chapitre 4 verset 17 et 18

Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de tout mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les choses invisibles sont éternelles

Le Seigneur veut que nous regardions selon sa perspective et non selon nos yeux, alors nous cesserons de craindre.

Corrie Ten BOOM

Il y aura des pestes…

Cette épidémie de COVID 19 qui s’est étendue à une grande partie de la planète nous pose bien des questions.

Je voudrais partager avec vous quelques réflexions !

Lisons dans Luc chapitre 21:

9 Et quand vous entendrez parler de guerres et de séditions, ne vous épouvantez pas ; car il faut que ces choses arrivent premièrement ; mais la fin ne sera pas tout aussitôt.

10 Alors il leur dit : Nation s’élèvera contre nation, et royaume contre royaume ;

11 et il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, et des famines, et des pestes ; et il y aura des sujets d’épouvantement et de grands signes du ciel.

Jésus nous avertit des signes des temps de la fin et l’évangéliste Luc a transcrit les paroles de Jésus qui ont été écrites en GREC

En grec: la peste est « loimos » (« λοιμος ») , Plutôt que la maladie elle-même le mot désigne le fléau.

En Latin: la peste, traduit par « pestis » (fléau), qui désigne une maladie contagieuse, la ruine, la destruction.

Dans l’ancien testament, dans Exode 9 v.14

Les plaies ou les fléaux d’Egypte ont le même sens que le mot hébreu מגפה qui veut dire : pandémie, épidémie, fléau, calamité.

Ceci dit ! Que devons-nous faire?

Attendre le retour de Jésus, lever les yeux vers notre sauveur qui revient bientôt, oui bien sûr, mais il y a des gens qui sont en train de mourir par millier !

Hier je recevais un message de détresse écrit par une chrétienne désespérée de la mort qui sévissait en Alsace et nous invitait de tout son cœur à prier.

Dans le Psaume 107 nous voyons que ceux qui ont crié à l’Eternel dans leur détresse ont été délivrés de leurs angoisses et délivrés de la mort versets 10 à 16

Tous ceux qui sont en train de mourir ne sont-ils pas dans cette situation ?

Ils ont besoin de nos prières, que la lumière de Dieu pénètre leur cœur, ils ont besoin d’être sauvé …

Corrie Ten Boom disait dans le camp de concentration (le camp de la mort) où elle et sa sœur étaient internées :

« Même si tout était terrible, nous pouvions nous appuyer sur le fait que Dieu n’avait pas de problèmes, seulement des plans… il semble souvent que c’est le diable qui gagne. Mais Dieu est fidèle et ses plans ne connaissent pas d’échec ! Il connait l’avenir et il connait le chemin »

Il peut y avoir une moisson d’âme à l’échelle de la planète, si nous prions conscient de l’impact que des fils et des filles ont auprès du Père !

Dieu va sauver des gens de toutes nations, des gens qui ne connaissent rien de Jésus, parce qu’ils vont crier au créateur, laissant leur religion et se tournant vers le sauveur ! Comme dans le Psaume 107, ils crièrent à l’Eternel…

Je crois que nous vivons un jugement divin (c’est ma pensée) mais il y a toujours un plan de salut, ce n’est pas un plan de destruction, c’est le diable qui détruit, Jésus SAUVE.

Même si nous ne nous côtoyons pas dans une réunion de prière, chacun de nous, pouvons prier dans notre maison, soit seul soit avec un membre de notre famille. La prière est efficace !

Jean IRION – Avançons dans la foi