Elle le coucha dans la mangeoire !

Nous trouvons dans l’évangile de Luc cette histoire tellement connue de la naissance de Jésus, le fils de Dieu, et ce mot qui passe comme un détail mais pour moi aujourd’hui ce n’est plus un détail !

1 En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre.
2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinus était gouverneur de Syrie.
3
Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville.
4
Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethlehem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David, 
5
afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.
6 Pendant qu’ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva,
7 et elle enfanta son fils premier-né. Elle l’emmaillota, et le coucha dans une crèche (mangeoire), parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie. Luc  chapitre 2

Ce mot qui me touche profondément  c’est : une « crèche »

 La crèche est une mangeoire pour les moutons.  Il n’y avait plus de place dans un hôtel pour le fils de Dieu, ni pour sa mère, ni pour son père. Ils ont dû trouver une étable et là, dans le foin, le fils de Dieu envoyé pour sauver l’humanité est né, sans richesse ni confort. Dans sa sagesse Le Père l’a voulu ainsi comme un signe de la nature de ce fils. J’aurais aimé être là ! Ce qui est touchant c’est l’humilité de Dieu, il est le créateur de toutes choses et c’est dans une étable pour les moutons, qu’il manifeste son plan glorieux. C’est  à des bergers dans les champs qu’il annonce ce glorieux salut, des gens humbles, pauvres et sans grande éducation.

Jésus s’appelle le Bon Berger, à maintes reprises dans toute la Bible, Dieu se manifeste comme le berger, déjà d’Israël son peuple, puis des chrétiens son peule et là, il est dans la mangeoire, ce petit garçon, là où viennent manger les brebis, il est là comme leur nourriture future, leur manne, leur pain, leur eau vive. Ce passage de LUC est tellement prophétique quant à la destinée de Jésus le Sauveur. Plongeons nos yeux au-dessus de ce lieu si humble comme le firent les anges !

Les anges sont venus trouver les bergers, pourquoi pas d’autres personnes comme : des religieux ou des magistrats, ou le maire de la ville…. Non, des bergers comme leur annonçant : voici Le Berger votre berger, celui qui prendra soin de vous. Ils furent les premiers à annoncer le salut de Dieu au peuple, imaginez, dans chaque maison de Bethléem on parlait  des anges qui avaient loué Dieu de ces chants merveilleux venus du ciel et de ce bébé et on se réjouissait que tous les péchés serraient pardonnés et  effacés.

Alléluia signifie, Gloire à Dieu

Cette nuit-là tout le ciel s’est mis à chanter « Comme Dieu est grand, car dans son amour il a envoyé ce bébé qui deviendra le sauveur de tout homme perdu »

 

Toi aussi, maintenant, tu peux louer Dieu pour son salut pour toi et pour sa nature!

Avançons dans la foi

 Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chaque commentaire est vérifié manuellement par nos soins. Seuls ceux approuvés sont publiés sur le site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.