Il m’a aimé le premier

C’est le témoignage de Anne qui sera délivrée de la dépression et expérimentera que Jésus l’a aimé le premier.

Je m’appelle Anne, aujourd’hui, j’ai 49 ans. Je suis née dans une famille catholique traditionnelle et pratiquante. J’ai été élevée au sein d’une famille nombreuse car quand je suis née, j’avais déjà quatre sœurs et 3 ans plus tard, j’en eus une cinquième. J’ai toujours cru en Dieu, et j’avais l’amour des autres et de Dieu en moi. Nos valeurs essentielles étaient l’amour du prochain, le service des autres, le partage et la joie de vivre. Ma mère m’enseignait qu’il fallait vivre sans faire de mal aux autres et toujours regarder au plus petit que soi. Dès mon plus jeune âge lorsque je regardais mon visage dans un miroir, je pressentais que l’image qu’il reflétait ne s’arrêtait pas à l’image que je voyais, mais qu’elle allait au-delà de moi-même. Dans ce reflet je pressentais l’Eternité, l’image de Dieu, l’Infini.

Un jour alors que j’étais adolescente, je me retrouvai à prier avec un groupe de jeunes dans le chœur de l’église catholique avec le curé qui prononça alors une prière, et je compris que sa prière était montée jusqu’au plafond de l’église et qu’elle n’était pas montée plus haut, et donc que la présence de Dieu n’était pas là.

C’est alors qu’après avoir suivi tous les sacrements jusqu’à la confirmation, à l’âge de 16 ans je décidai de quitter l’église catholique définitivement et d’y renoncer pour toujours, je la reniai tout simplement, car j’en avais fait le tour.  

A 18 ans, on m’emmena à une réunion d’évangélisation dans le Nord de la France, ce jour-là sans donner ma vie à Jésus, je reconnus Jésus comme le Seigneur. Dans le mouvement charismatique de l’époque, j’assistais à des séminaires de toutes sortes. Un jour Dieu s’adressa à moi, et Il me dit qu’Il m’aimait mais que j’étais hautaine et indifférente, et je lui répondis : – Qui es-tu ? Je ne te connais pas.

Bien vite, je m’éloignai de Dieu pour suivre mon propre chemin, mais après une vie agitée, et la naissance de ma fille (à l’âge de 22 ans), je tombai dans une profonde dépression assortie de dangereux barbituriques pendant laquelle je perdis le sommeil complet durant 3 mois.

Souvent à mon chevet, une de mes sœurs restait de longues heures à prier à mes côtés sans résultat. Le diable me disait d’en finir avec mes jours, j’avais fait une légère tentative de suicide à l’aide des médicaments qui m’aidèrent à dormir durant 3 jours complets. Je me souviens qu’avant de commettre cet acte, j’entendais clairement le diable qui me disait de m’ôter la vie. Avec la dépression et le manque de sommeil, j’étais plongée dans un véritable enfer sur terre. A travers cette expérience, j’avais compris que le diable existe et que c’est lui qui nous pousse à des actes et des actions irréparables. Je repartis travailler dans cet état.

Un jour, un samedi, une deuxième de mes sœurs nous rendit visite et nous partîmes nous promener. Sur un banc, mes sœurs m’imposèrent les mains en me demandant de donner ma vie à Jésus ce que je refusai de faire « mais comme un vent venu du ciel » le Seigneur me guérit à cet instant et en une semaine me sortit totalement de l’immense abîme dans lequel je me trouvais.

Malgré tout, je continuais ma vie loin de Dieu et décidai de continuer ma route dans les chemins perdus du monde, et la dépression reprit peu à peu sa place, mais je ne pouvais plus douter de l’existence de Dieu car ce Dieu que je ne voulais pas suivre m’avait ouvert la voie du Salut par la guérison.

Peu à peu, je commençai à éloigner ma vie du péché et de la vie nocturne, mais à ma façon. Je partis avec ma fille vivre en Espagne, c’était en 1994, alors que je retombais dans la dépression et les somnifères.

Mes parents durent me rendre visite, je pris enfin à l’âge de 26 ans la ferme et définitive décision de confier (donner) ma vie à Jésus et de l’accepter comme mon Seigneur et mon Sauveur. Je vécus ma conversion éloignée de tous et seule dans mon appartement, mais cette ferme décision se fit effective dans ma vie et je pus voir de quelle façon Dieu remit ma vie en place à l’égard du péché. J’avais enfin expérimenté la NOUVELLE NAISSANCE.

Expérimentez vous aussi la délivrance de la dépression et cette nouvelle naissance qui vient de Jésus-Christ, comme un don gratuit, en réponse à votre confiance en ce Dieu qui vous aime tant.

Par cette simple prière dite à Dieu que vous l’acceptez dans votre cœur et qu’il fasse de vous une nouvelle personne.

C’est alors qu’il va se passer ce miracle, cette transformation que la Bible déclare :

  • La nouvelle naissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chaque commentaire est vérifié manuellement par nos soins. Seuls ceux approuvés sont publiés sur le site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez implicitement l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer