La rancune

Nous sommes confrontés journellement au problème de la rancune, nous avons été offensés comme nous offensons aussi  les autres sans même nous en rendre compte. Jésus ne nous enseigne pas comme étant des victimes mais comme étant responsable de notre jardin intérieur, un jardin secret que personne ne voit sinon le Saint-Esprit vivant dans notre cœur. Père pardonne nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé.

Comment avoir la victoire sur la rancune ?

Il faudrait déjà classer cette rancune ou amertume dans la catégorie qui lui revient et non dans la catégorie des souffrances, celles que provoque un frère, un parent, un ami….. Je la classerai dans la catégorie « Péché »

Alors en lisant l’épître aux Romains chapitre 6 nous pouvons remplacer le mot péché par « Rancune » et nous voyons s‘éclairer certains passages qui deviennent alors très précis et personnels, par exemple :

Romains 6/2 : Nous qui sommes mort à la rancune comment vivrions nous encore dans la rancune.
Romains 6/7 : Celui qui est mort est libre de la rancune.
Romains 6/11 : Regardez-vous comme mort à la rancune et comme vivant dans l’amour pour Dieu en Jésus-Christ.
Romains 6/12 : Que la rancune ne règne pas dans votre intelligence et ne lui obéissez pas.

Et je terminerai cette liste par la prière et le cri de victoire de Paul et de chaque chrétien :

« Qui me délivrera de la puissance de cette rancune,
Gloire soit à JÉSUS-CHRIST »

En effet lui seul me délivre par le moyen de la foi en sa puissance.
Romains 7/24

Le seul qui n’a pas eu de rancune c’est Jésus et quand je pense à sa vie en face de tous ses ennemis et même de ses proches, je vois qu’il n’était pas le centre de ses préoccupations, de ses désirs, mais que « son prochain » est le centre de toutes ses prières, de ses paroles, de ses actes. Il a même été jusqu’à dire « Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Jésus n’attendait pas de justice pour lui-même, il n’attendait pas d’amour, le salut et le bien de l’Autre était son seul désir.

Dans Romains 8/6 il est dit : « l’affection de moi-même me conduit à la mort » Sommes-nous d’accord avec Dieu ?

Acceptons-nous de nous décentrer de nous-même et de considérer notre vis-à-vis selon l’amour que Dieu lui porte ? Nous offensons de mille manières et lorsque quelqu’un nous blesse, nous ne lui pardonnons pas, et si nous lui pardonnons, il reste un souvenir. Est-ce que dans mon jardin secret, il reste encore des pierres (rancunes) ou d’autres mauvaises racines d’amertumes ?

Dans ce merveilleux message de la lettre aux Corinthiens chapitre 13 v 5, Dieu nous révèle la victoire.

« L’amour ne cherche pas son intérêt »

 Si nous commençons à comprendre cette nouvelle route pour notre vie et si nous nous laissons conduire dans l’obéissance, le changement deviendra très rapide, nos blessures vont guérir, notre amour va devenir chaleureux et sincère, nos prières vont être des bénédictions sur la tête de notre prochain et le livre de nos reproches va être effacé.

Nous sommes disciples de Jésus, pour marcher derrière lui. Fais maintenant si tu veux, cette courte prière :

« Seigneur, je pardonne à celui (celle) qui m’a blessé, moi aussi j’ai blessé et je te demande pardon. Je vais aujourd’hui commencer à le bénir pour son salut, pour qu’il (elle) soit béni(e) dans toute sa vie, je ne veux plus chercher mon intérêt mais le sien et je crois que tu changes mon cœur aujourd’hui à partir de cet instant. Merci mon sauveur. »

Avançons dans la foi

Jean

Une réponse sur “La rancune”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chaque commentaire est vérifié manuellement par nos soins. Seuls ceux approuvés sont publiés sur le site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.